Vague de démissions de son sein : La Plateforme des Osc, un instrument politisé ?

302

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La Plateforme des Organisations de la société civile (Osc) a rendu public un communiqué  le 4 avril dernier, faisant état de ce qu’elle ne souhaite pas la violence, qu’elle prend acte de la poursuite du processus électoral actuel sans que le consensus, gage d’élections législatives inclusives  qu’elle a, elle-même ardemment réclamé au départ, ne soit trouvé. La vague de démissions de la Plateforme qui s’en est suivie montre clairement que cette décision prise par Fatoumatou Batoko Zossou est loin d’être concertée, met en doute sa crédibilité et celle de l’Organisation. 

De sa première sortie jusqu’à l’avant dernière à propos de la crise préélectorale qui secoue actuellement la classe politique béninoise, la Plateforme des Osc a su garder une certaine constance dans ses déclarations. Elle n’a  fait que réclamer par le truchement de propositions de sortie de crise, l’organisation inclusive  des élections législatives du 28 avril 2019.  Mieux, la fermeté dont faisaient preuve ses communiqués ont fait croire à plus d’un, que Fatoumatou Batoko  Zossou et ses pairs étaient résolument engagées pour la participation de l’opposition à ces joutes électorales, expression d’une démocratie participative, combat de toute société civile. Mais hélas car, tout ceci ne ressemblait qu’à un appât, voire à un trompe œil. En d’autres termes, il n’a suffi que quelques jours pour que cette Plateforme qu’elle préside ne déchante. Elle s’est contre toute attente et ce à travers son dernier communiqué, rangée aux côtés de l’exécutif  en demandant aux partis politiques lésés dans leurs droits, d’abdiquer, d’accepter  les élections non exclusives  et de cesser tout acte de mécontentement et de brusquerie, à propos.  Mais cette décision semble être la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Puisqu’elle a entraîné seulement quelques jours après, une vague de démissions de plusieurs organisations de la société civile dont Social Watch Bénin, de la Plateforme. Comment cette dernière décision a-t-elle  été prise pour que quelques jours seulement après, l’on assiste à cette saignée ? La présidente Fatoumatou Batoko Zossou a-t-elle consulté les autres membres avant la publication du communiqué ? Ce qui paraît probant, c’est que ces démissions marquent inéluctablement  un signe désapprobateur, fragilisent sévèrement et jettent du discrédit sur la Plateforme en général et sur Fatoumatou Batoko Zossou en particulier. À l’aune de cette décision ayant engendré ces retraits,  tout porte à croire que ce creuset des Osc est devenu plus un instrument aux ordres du politique, au lieu d’être un instrument de veille citoyenne.  Ainsi, Fatoumatou Batoko Zossou dont la crédibilité est désormais plus que jamais controversée vient à nouveau donner d’arguments à ceux et celles qui la soupçonnent depuis peu faute de son inaction, de ne plus être au service de la vraie société civile.

 

Janvier GBEDO (Stag)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite