Atelier bilan du Projet « Sanitation Services Delivery)SSD : Vers un plan de pérennisation des acquis

336

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Après trois ans de mise en œuvre, plusieurs acteurs provenant des Services déconcentrés de l’Etat,  des collectivités territoriales, des OSC intervenant dans le secteur WASH, des structures de microfinance ont été conviés à apprécier les résultats obtenus et réfléchir sur la pérennisation des acquis enregistrés. Près d’une cinquantaine, les participants ont durant deux jours de travaux, proposé des pistes d’actions et fait des recommandations pour un meilleur renforcement des acquis. C’était les 11 et 12 avril 2019 à Résidence Miracle Hôtel de Bohicon.

A l’ouverture de l’atelier, le Responsable du Projet SSD, Bernard Elègbè a dit toute sa satisfaction de la mobilisation des acteurs qui témoigne de leur intérêt pour la rencontre. En se réjouissant du chemin parcouru et des résultats obtenus, il a replongé les participants dans le contexte de démarrage du projet a démarré. « Il y a 3 ans que ce voyage qui paraissait ambiguë a commencé », a-t-il confié avant de souligner que le défi paraissait insurmontable. Car, dans les communes de Cotonou et d’Abomey-Calavi,  plusieurs sont les citoyens qui vivaient  encore sans toilettes avec toutes les conséquences que cela implique sur le plan sanitaire.  Pour lui, le projet SSD financé par l’USAID est un projet innovateur parce qu’il est le premier projet en Afrique de l’ouest qui intervient en matière d’assainissement en milieu urbain ouvrant trois pays (Bénin, Ghana, Côte d’Ivoire).  Invitant les participants à un exercice de bilan,  le responsable du projet SSD, a signifié que l’atelier vise à faire le point du chemin parcouru du projet et réfléchir sur la pérennisation des acquis. Après lui, le représentant du ministère du Cadre de vie, M. AGOSSOU, à rassurer les participants du soutien du ministère du Cadre de vie et du Développement durable.  « ABMS est précurseur dans la création du marché de l’assainissement parce que le projet est au cœur de la vie et du développement », a soutenu le Directeur Général  de l’Agence de surveillance des Service des Finances Décentralisés (SFD) du Ministère des finances, Louis BIAO. Il a souligné que le financement par les populations elles-mêmes de la réalisation des toilettes, constitue une innovation parce que c’est un changement de paradigme. Dans son intervention, il a félicité PEBCO-Bethesda, seule structure de microfinance ayant accepté pour le moment, de prendre le risque d’octroyer des crédits d’assainissement avant de souhaiter voir d’autres SSD s’intéresser à l’assainissement pour une généralisation du crédit assainissement au Bénin.

Très avertie de la mise en œuvre du projet pour l’avoir suivi depuis le début, la Directrice de cabinet du maire d’Abomey-Calavi, Rufine Félicité AGBO, a soutenu l’importance de l’assainissement pour les populations. C’est pourquoi, elle a souligné le soutien de la commune et du maire d’Abomey-calavi au projet. « Chacun se doit de soutenir ce beau projet qui permet de sortir les populations du manque de toilettes parce que si vous avez des toilettes sanitaires dans votre maison et qu’à côté des gens défèquent partout, le problème n’est pas réglé », a-t-elle expliqué.

Des résultats édifiants

Au cours des travaux, les résultats enregistrés ont été partagés avec tous les participants. On retient essentiellement comme produits développés : la WC MIMIN, la vidange MIMIN et le crédit assainissement. Au-delà des caractéristiques techniques qui répondent aux normes nationales requises, le Coordonnateur assainissement au sein du projet, Yvan Noé ADINGNI, a soutenu que l’innovation du projet est d’avoir réussi à mettre en place la chaîne de l’approvisionnement. Ainsi, dans les zones d’intervention du projet, les ménages peuvent désormais se procurer dans une boutique tous les matériaux entrant dans la construction d’une toilette.  Pour en arriver là, il a expliqué qu’il a fallu progressivement outiller 27 micro entrepreneurs pour la préfabrication des accessoires de WC MIMIN (Dalles, buses, pot de défécation, etc.), former 80 maçons et 75 puisatiers identifiés en attente de formation pour le curage des fosses. Les coûts très abordables de réalisation varient en fonction des modèles développés au choix des ménages  avec un dispositif de lave main à moindre coût. L’autre grande réussite du projet et la plus importante est la mise en place du crédit assainissement pour les ménages à travers la structure de microfinance PEBCO. Pour le Responsable du projet, Bernard ELEGBE, le crédit assainissement mis à disposition des ménages est à un taux acceptable avec des conditions de remboursement souples. Le taux d’intérêt est de 1, 9% le mois (Dégressif) et d’une durée de 12 mois, il a signalé que le montant maximal du credit est de 500 000 FCFA pour les micro-entrepreneurs et de 175 000 FCFA pour une toilette pour les ménages. Au total, plus de 140 millions de francs CFA de prêts ont été octroyés aux ménages à travers le partenariat avec PEBCo pour la construction de 2215 WC MIMIN à fin janvier 2019 avec un taux de remboursement de 95,30%.

Après les exposés, les participants ont réfléchi dans trois groups sur la pérennisation du WC MIMIN, de la vidange MIMIN et du crédit dans le portefeuille des structures financières décentralisées. Pour chaque produit développé, des propositions de pistes d’actions ont été faites par les participants pour renforcer les acquis. Au terme des échanges, plusieurs recommandations ont été retenues dont les plus importantes sont la nécessité de la reconnaissance par les autorités communales, des micro-entrepreneurs formés comme prestataires de la marque MIMIN,  l’élargissement de l’activité de crédit d’assainissement aux autres structures de microfinance qui opèrent sur le terrain  et  la possibilité d’aller au-delà du montant plafond  de crédit de 500.000 FCFA pour les micro-entrepreneurs. Avec cet atelier bilan, le Projet SSD se dotera d’un plan de pérennisation de ses actions avec la rallonge d’un an qui lui a été accordée par le bailleur pour le bonheur des populations bénéficiaires des communes d’Abomey-Calavi, Bohicon, Allada, Tori, Ouidah, Ifangni, Sakété, Avrankou, Porto-Novo, Akpro-Missérété et Adjarra où intervient le projet.

 

Alain TOSSOUNON (Coll.)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite