5ème enquête démographique et de santé : Baisse continue du taux de mortalité des enfants

103

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Si les indicateurs ne sont pas rassurants quant au taux de prévalence contraceptive au Bénin, des efforts consentis par les gouvernants et partenaires techniques et financiers portent leurs fruits en ce qui concerne la réduction la mortalité infanto-juvénile. Des résultats définitifs de la cinquième Enquête démographique et de santé au Bénin (EDSB 5) rendus publics, il est enregistré une baisse continue du taux de mortalité des enfants…

« En excluant les taux calculés avec l’EDSB-IV*, on note une baisse continue de la mortalité des enfants depuis 2001. Globalement, le risque de décéder entre la naissance et le cinquième anniversaire est passé de 160% en 2001 à 96% en 2017-2018 » précise le rapport de synthèse de la cinquième enquête démographique et santé, sur le terrain de novembre 2017 à février 2018. Par ailleurs, le taux de mortalité néonatale a connu une hausse en passant de 23% en 2012 à 30% en 2018. Il convient également que souligner  que durant les cinq dernières années, sur 1 000 naissances vivantes au Bénin, 55 enfants sont morts avant d’atteindre leur premier anniversaire (30 sont décédés dans le premier mois de vie). Plus d’un enfant sur 11 meurt avant d’atteindre l’âge de 5 ans (96 décès pour 1 000 naissances vivantes). Les niveaux de la mortalité des enfants sont plus faibles à Cotonou et en milieu urbain qu’en milieu rural. « Les taux de mortalité infanto-juvénile pour les dix dernières années varient selon le département, passant d’un minimum de 64% dans le département du Littoral à un maximum de 122% dans le département de la Donga. La probabilité de décéder avant l’âge de 5 ans est deux fois plus élevé pour les enfants du second quintile de bien-être économique que pour les enfants du quintile le plus élevé (124 % contre 60%)» renseigne ladite enquête. De même, un espacement des naissances d’au moins 36 mois réduit le risque de mortalité infanto-juvénile. “Au Bénin, le nombre médian de mois depuis la naissance précédente est de 34,1. Les enfants qui sont nés moins de deux ans après la naissance précédente présentent les taux de mortalité les plus élevés (165 ‰ contre 68 ‰ pour les enfants qui sont nés quatre ans ou plus après la naissance précédente). Globalement, 16 % d’enfants sont nés moins de deux ans après la naissance précédente“, peut-on lire dans le rapport de synthèse. Rappelons que la présente enquête par sondage représentative au niveau national, fournit des informations dans plusieurs domaines comme la fécondité, l’activité sexuelle, les préférences en matière de fécondité et la connaissance et l’utilisation des méthodes de planification familiale, VIH/sida et des infections sexuellement transmissibles (IST) etc. L’EDS V est réalisée par l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique (Insae) avec l’appui de plusieurs partenaires techniques et financiers  sur un échantillon de 15 928 femmes de 15-49 ans dans tous les ménages sélectionnés et 7 595 hommes de 15-64 ans.

 

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite