Concertations du Bdi pour une sortie de crise : Une initiative étouffée dans l’œuf

570

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Toujours dans la perspective de trouver une porte de sortie à la crise préélectorale actuelle, le Bloc des indépendants (Bdi), un regroupement d’autorités morales a initié mercredi 3 avril dernier, une série de concertations des partis politiques en conflit, de la société civile, d’autres acteurs et personnalités influentes. Même si l’intention est bonne, elle n’aura visiblement plus d’effets, vu la poursuite du processus électoral en l’état.

En manque de consensus pour une large participation des partis politiques aux élections législatives du 28 avril 2019, les béninois ont déploré l’absence d’initiatives propres, de la part des autorités morales dont dispose encore le Bénin. Après plusieurs jours de mutisme, le Bloc des indépendants (Bdi) présidé par Francis da Silva a fini par initier une large concertation. Ainsi, à travers un communiqué rendu public le 30 mars dernier par son porte-parole, le Professeur Andoche Amègnissè, ce Bloc se réclamant des forces vives et autorités morales a par le truchement dudit communiqué, établi un calendrier regroupant une multitude de rencontres entre tous les acteurs en conflits, élargies à d’autres institutions du pays. Ceci, pour un dialogue national inclusif, unique voie possible de sortie de cette crise, d’après le communiqué. Toutefois, le hic est que ces concertations devraient démarrer le même jour que le gouvernement a décidé en conseil des ministres, de continuer le processus électoral en l’absence de tout consensus, c’est-à-dire le mercredi 3 avril 2019 et devraient prendre fin le 27 avril de la même année. Certes, cette initiative était quand-même la bienvenue mais quelle est encore son utilité si tant est qu’elle n’influencera certainement pas la décision du gouvernement, vu le timing dans lequel elle intervient? Sans risque de se tromper, cette démarche de Francis da Silva et compagnie vient dans un contexte où tout est déjà cuit et que le processus malgré l’exclusion de l’opposition de ces joutes électorales, devrait continuer comme l’a souhaité l’exécutif, appuyé par un communiqué des présidents d’institutions. Autrement dit, sauf un autre revirement, l’on assistera qu’à la participation des deux partis politiques du Président de république, Patrice Talon, à savoir le Bloc républicain (Br) et l’Union progressiste (Up), aux élections législatives prochaines.

Janvier GBEDO (Stag)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite