Génocide au Rwanda: Une veillée de recueillement forte en symboles

227

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les cérémonies des 25 ans du génocide se sont achevées au stade Amahoro, un lieu chargé de symboles. C’est là que s’étaient réfugiées en avril 1994 et sous protection de l’ONU des milliers de personnes pour échapper aux tueries. C’est ici que s’est déroulée une veillée de recueillement précédée d’une marche partie du Parlement.

Ils étaient environ 30 000 à participer à cette veillée de recueillement. Premier temps fort de la cérémonie, ces noms de victimes du génocide égrenés par de jeunes adultes rassemblés au centre du terrain, de jeunes adultes disposés de façon à dessiner la carte du Rwanda. Une carte avec en son cœur une flamme qui jaillit, symbole d’espoir et de prospérité.
Emmenés par Paul Kagame et son épouse, les chefs de délégation sont descendus sur la pelouse pour allumer des bougies dont ils se sont servis pour allumer celles que tenaient les jeunes dans leurs mains. Une façon de symboliser la transmission du savoir à cette génération qui n’a pas connu le génocide. Des bougies qui se sont ensuite illuminées dans tout le stade.
La cérémonie a été entrecoupée de chants et de témoignages, celui d’un juste ou d’un gardien du pacte comme on appelle ici ceux, et notamment ces Hutus modérés, dont on parle souvent, qui ont sauvé des Tutsis durant le génocide.
Autre témoignage, celui d’un rescapé : son propos a visiblement réveillé d’effroyables souvenirs chez certains spectateurs. Des cris ont en effet retenti à plusieurs reprises, des personnes ont été prises de crise de paniques. Elles ont aussitôt été prises en charge par les unités médicales présentes sur place.

rfi.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite