Législatives inclusives au Bénin: Gustave Assah exhorte Talon à sortir le joker

657

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le président de La Task Force Citoyenne de la Cedeao pour la gouvernance, la médiation, la démocratie et la paix croit qu’il est encore possible d’ouvrir le processus électoral à tous les partis politiques ayant manifesté le désir de participer aux législatives de cette année au Bénin. Joint au téléphone hier par la rédaction de votre journal, Gustave Assah estime que le chef de l’État peut surprendre agréablement son peuple en usant de ses prérogatives constitutionnelles pour des élections inclusives. Dans ses propos, l’activiste de la Société civile exhorte Patrice Talon à profiter de l’anniversaire de ses trois (3) ans d’exercice de pouvoir, ce samedi 6 avril 2019, ” pour sortir le joker ”. Tout en l’y encourageant, M. Assah déplore tout de même le communiqué de la Conférence des présidents d’institution qui invite à la poursuite du processus électoral sans les forces politiques de l’opposition. Le président de la plate-forme demande au chef de l’État de se démarquer de ces genres de propositions et de rester fidèle à sa ligne, puisque le 6 mars devant ses soutiens au Palais de la République, lui-même a affirmé urbi et orbi que ce n’est pas bien que les élections se fassent avec seulement les deux partis nés des ” entrailles ” du pouvoir, et qu’il voudrait que sous son mandat aussi, tout se passe bien. Organiser des élections exclusives serait un grand recul pour le Bénin, connu dans le monde par son expérience démocratique depuis l’historique Conférence nationale des forces vives de la nation de février 1990. Le pays ne doit pas basculer dans la violence, il ne doit pas sombrer, et le président de la République n’a pas intérêt à laisser la situation aller à un pourrissement pour colmater après les brèches. C’est pourquoi d’ailleurs, le président de l’organisation La Task Force Citoyenne de la Cedeao, Gustave Assah invite le chantre du Nouveau départ /Rupture à anticiper. Un simple décret, selon lui, suffit pour remettre les pendules à l’heure, c’est-à-dire organiser des législatives inclusives, le 28 avril. Pour être on ne peut plus pragmatique, Gustave Assah précise que le décret va juste instruire, d’une part l’administration du ministère de l’intérieur à délivrer les récépissés ou certificats de conformité, en instance, aux partis politiques qui n’ont pas pu les avoir malgré les diligences supplémentaires faites, et d’autre part la Direction générale des impôts à remettre les quitus fiscaux à tous ceux qui en avait manifesté le besoin, mais n’ont pu l’obtenir jusque-là, quand bien même ils sont en règle vis-à-vis du fisc. Le dernier point du décret serait d’amnistier les figures politiques en exil et se pardonner. M. Assah a parlé, le génie béninois en lequel le président Talon croit saura-t-il l’inspirer pour un renversement de la situation ? Les prochaines heures ou jours nous étudieront.

- Advertisement -

Mike M.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite