Visite du Pape François au Maroc: Un message fort pour une coexistence pacifique

556

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

34 ans après la visite historique du Pape Jean Paul II à feu Sa Majesté le Roi Hassan II du Maroc, le Pape François s’inscrit dans la même dynamique de prôner l’union, la solidarité entre musulmans et chrétiens. Ainsi, du 30 au 31 mars 2019, le souverain pontife a effectué une visite au Maroc où d’importants messages ont été délivrés pour renforcer la coexistence entre musulmans et chrétiens…

Le Pape François et le roi Mohammed VI scellent le pont entre chrétiens et musulmans à travers la visite officielle du souverain pontife au Maroc. Une visite consacrée en grande partie au dialogue avec l’islam, par une messe célébrée à Rabat, au complexe sportif Prince-Moulay-Abdellah, au Sud-Ouest du Royaume chérifien. Cette visite historique vient ainsi sceller les relations entre les communautés chrétienne et musulmane pour un monde de solidarité et de paix. ’’Nous avons également souhaité que votre visite coïncide avec le mois béni de Rajab.
C’est en cette période Sainte que l’Islam et la Chrétienté connurent l’un des épisodes les plus emblématiques de leur histoire : sur ordre du Prophète Mohammed, Paix et Salut soient Sur Lui, les Musulmans fuyant les persécutions, quittèrent la Mecque et trouvèrent refuge auprès du Négus, le Roi chrétien de l’Abyssinie. Il s’agissait là du premier acte d’accueil et de connaissance mutuelle entre les religions musulmane et chrétienne’’, a martelé le roi du Maroc. La visite du pape à l’Institut Mohammed-VI de formation des imams était un moment important centrée sur la question du dialogue interreligieux. Plus important, après avoir visité dimanche 30 mars au matin, un centre d’accueil de réfugiés, le Souverain pontife a présidé la messe de clôture dans le grand complexe sportif au Sud-Ouest de Rabat avant de rejoindre l’aéroport. De nombreux fidèles de différentes nationalités sont venus nombreux à la rencontre du pape dimanche matin, à la cathédrale de Rabat. Au complexe Moulay Abdellah, près de 10 000 fidèles ont suivi la messe qu’il présidait, aux accents internationaux. Dans son homélie, le Pape appelle à continuer de faire « grandir la culture de la miséricorde, une culture dans laquelle personne ne regarde l’autre avec indifférence ni ne détourne le regard quand il voit sa souffrance ». À la fin de la célébration, l’archevêque de Rabat, Mgr Cristobal Lopez Romero, estime que la mission de l’Église du Maroc est d’être un pont entre musulmans et chrétiens, entre le Nord et le Sud, entre l’Europe et l’Afrique et non des murs, de frontières ou de barrières. ’’Il Nous faut combattre des maux d’un autre âge qui se nourrissent de la trahison et de l’instrumentalisation du Message divin en prônant le déni de l’Autre et autres théories scélérates’’, a reconnu le roi marocain.

Une déclaration commune, un message fort !

Au premier jour de la visite du souverain pontife, le Pape François et le Roi Mohammed VI ont, dans une déclaration commune, lancé un appel afin que soit « conservé et promu le caractère spécifique multi-religieux » de Jérusalem, appelée Al Qods en arabe. Dans ce document, les deux leaders religieux souhaitent que soient « conservés et promus le caractère spécifique multi-religieux, la dimension spirituelle et l’identité culturelle particulière » de la ville de Jérusalem et qu’y soient également « pleinement garantis, la pleine liberté d’accès aux fidèles des trois religions monothéistes et le droit de chacune d’y exercer son propre culte ». Rappelant les efforts du Royaume du Maroc en faveur du brassage et du dialogue interreligieux, le roi Mohamed VI s’est montré beaucoup rassurant. ’’(…) Nous Nous portons Garant du libre exercice des cultes. (…). En tant que Commandeur des Croyants, je ne peux parler de Terre d’Islam, comme si n’y vivaient que des musulmans. Je veille, effectivement, au libre exercice des religions du Livre et je le garantis. Je protège les juifs marocains et les chrétiens d’autres pays qui vivent au Maroc », a déclaré le Guide Suprême du Royaume chérifien.
’’Les trois religions abrahamiques (…) existent pour s’ouvrir l’une à l’autre et pour se connaître, dans un concours vaillant à se faire du bien l’une l’autre’’, a réaffirmé le Souverain à son hôte. Selon le roi Mohamed VI, ’’pour faire face aux radicalismes, la réponse n’est ni militaire ni budgétaire; elle a un seul nom : Education. (…) Jamais la religion’’.
’’C’est pourquoi, aujourd’hui, en tant que Commandeur des Croyants, je plaide pour que soit redonnée à la religion, la place qui est la sienne, au sein de l’éducation.
(…) Ce que tous les terroristes ont en commun n’est pas la religion, c’est précisément l’ignorance de la religion. Il est temps que la religion ne soit plus un alibi pour ces ignorants, pour cette ignorance, pour cette intolérance. Car la religion est Lumière, Savoir, Sagesse. Elle est également synonyme de Paix’’, a souligné le Roi. « Nos messages sont aussi actuels qu’éternels. Ils invitent les peuples à embrasser les valeurs de modération, à réaliser les impératifs de co-connaissance et à appréhender la conscience de l’altérité. (…) C’est là ce qui Nous rassemble aujourd’hui et ce qui doit Nous unir demain. Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouh”, a conclu le roi Mohamed VI. Faut-il le rappeler, avant la visite du pape Jean Paul II à Casablanca (Maroc) en 1985, le roi Hassan II fut le premier chef d’un Etat musulman à effectuer une visite officielle à la Cité du Vatican en 1980.

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite