Législatives 2019/Vers un match amical Up#Br: Les dessous de la création des 2 Blocs

463

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Sauf changement de situation, ce sont seulement le Bloc républicain (Br) et l’Union progressiste (Up) qui disputeront les Législatives de 2019. Presque tout montre aujourd’hui que ces deux formations de la mouvance présidentielle ont été créées pour cette mission.

Patrice Talon ne serait-il pas un “visionnaire” ? N’a-t-il pas intimé l’ordre à ses fidèles de mettre sur pieds les deux ”géants” partis politiques nés sur les ruines d’anciennes petites formations politiques soutenant ses actions dans l’objectif d’organiser un match amical? La question mérite d’être en tout cas posée avec la coïncidence des faits que livre l’actualité, ces dernières semaines. À moins d’un revirement du chef de l’Etat, on peut sans risque de se tromper affirmer que tout est réuni, après le break observé pour la recherche en vain du consensus, pour que le Br et l’Up soient les seuls pouvant participer aux législatives du 28 avril 2019. Une première dans l’histoire politique du Bénin. Beaucoup de Béninois, au départ, s’interrogeaient sur ce qui pouvait justifier la création de deux partis politiques soutenant un même président. Un fait inédit. Mais avec l’évolution de l’actualité, notamment depuis la validation par la Commission électorale nationale autonome (Cena) des seules listes des deux partis de la Rupture et sa confirmation par la Cour constitutionnelle (chose bénie le lundi 1er avril par la conférence des présidents d’institution), il est aisé de se faire une lecture de l’idée de création des deux blocs. Si les deux ”jumeaux” n’avaient pas été créés simultanément, quel parti serait alors le challenger de l’un d’eux pour la compétition aujourd’hui? Quel autre parti pourrait défier le seul parti du Chef de l’Etat qui aurait été créé? Il est clair que les deux formations sont nées pour jouer un rôle pensé par la Rupture : le match nul. Les deux regroupements devront s’affronter le 28 avril. Cette éventualité est davantage plausible suite à la publication du dernier calendrier de la Cena. Cette semaine, la structure en charge de l’organisation des élections décidera à en croire nos sources du positionnement sur le bulletin unique des partis en lice. Cependant, le peuple attendra le dernier mot du Chef de l’État. En effet, malgré la position des présidents d’institution, beaucoup d’observateurs estiment que le Chef de l’Etat ne suivra pas leur raisonnement ni celui des députés ‘’faucons’’ puisque le 6 mars dernier, Il avait déploré que des élections aient lieu seulement entre les partis soutenant ses actions. Mais Patrice Talon créera-t-il la surprise en recourant aux mesures exceptionnelles conformément à l’article 68 de la Constitution comme le soulignent certains acteurs de la société civile? C’est une vraie interrogation.

Mike MAHOUNA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite