Limogeages à la police après les incidents au stade dimanche : Edouard Konfo, une victime malgré les sacrifices…

1 253

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Les badauds seraient à l’origine des incidents)

Des têtes sont tombées au sein la hiérarchie policière à la suite des incidents d’après match du dimanche dernier au stade de l’amitié. Des sanctions ont été prononcées. Et parmi les responsables de la police républicaine, sanctionnés, se trouve le Directeur départemental de la police républicaine du Littoral, Edouard Konfo. Si à l’unanimité, les sanctions à l’endroit des concernés s’imposaient pour une véritable marche vers une police exemplaire, au service de la nation, il faut tout de même déplorer le fait que le directeur départemental de la police, Edouard Konfo soit emporté de la sorte. Et ce, malgré les efforts et sacrifices consentis par ce dernier pour garantir la sécurité au sein et en dehors du stade ce dimanche, 24 mars 2019. De sources concordantes, le Ddpr/Littoral, de concert avec les commissaires d’arrondissements et le commissaire central de Cotonou, Jean-Marie Sègle, aura sacrifié suffisamment de temps pour peaufiner et affiner les stratégies afin d’éviter d’éventuels incidents. Et ce dimanche, 24 mars 2019, Edouard Konfo, loin de se comporter comme un homme de bureau, s’est très tôt porté aux côtés des troupes pour gérer le flux de supporters qui affluaient au stade. Du matin jusqu’au soir, ils ont sué pour mener à bien cette mission. Une mission qui, visiblement, aurait été une réussite, si ces incidents qu’auraient orchestrés des badauds n’étaient pas intervenus. Le Ddpr Edouard Konfo n’aura donc été qu’une victime car ayant accompli avec professionnalisme, sa mission.

Des badauds seraient à l’origine des incidents…

L’entrée au stade ayant été rendue gratuite pour permettre à tout le peuple d’apporter son soutien au onze national béninois, il n’était plus aisé voire possible de passer au tamis, tous ceux qui entraient et qui prenaient place dans les tribunes. La porte était alors ouverte aux badauds qui y auraient fait massivement le déplacement dans le dessein de profiter du bain de foule pour occasionné du désordre. Et de sources concordantes, ce serait ces derniers qui, refusant de se plier aux injonctions des flics, s’en sont pris aux policiers. Ce qui fut naître une vive altercation et les conséquences déplorables s’en sont suivies. Le comble est que des instructions auraient été données aux policiers. Ils ne devraient point faire de la violence sur quiconque encore moins faire usage de leur arme. La vraie désolation reste le limogeage du désormais ex Ddpr Edouard Konfo qui, selon plusieurs observateurs, n’est pas le supérieur hiérarchique direct de l’agent “tireur’. Encore qu’il faudra également s’interroger sur l’opportunité de ces limogeages. Et avec les limogeages, un agent peut bien décider de plonger son supérieur hiérarchique. Nul ne doute que de pareilles sanctions contribuent à rappeler aux commissaires et autres responsables de la police, la nécessité de bien mener leur mission avec preuve d’abnégation mais on peut punir autrement et de façon plus juste.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite