La loupe : L’information n’est pas bonne

335

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Il faut dire en réalité que si elle est bonne ou pas je n’en sais rien. Toujours est-il qu’il faut sincèrement que l’opposition prépare les prochaines élections municipales, communales et locales. Pour les législatives, ne faut-il pas avoir enfin le courage de le dire, la volonté affichée du chef de l’État n’est qu’une volonté affichée.

La réalité en dessous, peut être profondément toute autre. Il ne suffit qu’à observer l’attitude et le comportement des députés de la majorité parlementaire, ou pour être plus précis et plus sûr, ceux particulièrement du Bloc Républicain, et de l’Union progressiste.

Les choses ne se font même plus avec un peu de pudeur. Carrément hier, certains députés membres de la commission ont brillé par leur absence. En ces temps de peur, de doute et de désespoir, malgré que le temps presse et que le calendrier électoral reste intouché et les activités vont bon train.

Aucun cercle sérieux du pouvoir ne parle d’élections avec l’opposition. Ceux qui jubilent à l’idée que les élections seront inclusives s’émeuvent sur la base du vent.

Aucun indice crédible ne signale le contraire du statu quo.

Le miracle peut surgir à tout moment. Mais aucun signe en ce moment n’est perceptible. Tous les curieux peuvent aussi se rendre compte que chacun des partis de la mouvance à savoir le Bloc Républicain et l’Union Progressiste met les bouchées doubles pour réussir et gagner en toute liberté les élections.

Le jeudi prochain, que se passera-t-il concrètement?

Que les députés du BMP renoncent à leur positionnement, sous prétexte qu’il faut sauver et compétir, sous prétexte que leurs adversaires farouches et redoutables ont besoin de consensus, et de l’arme qu’il faut pour les abattre.

Même s’il le disait avec une autre pensée derrière la tête, c’est Guy Mitokpè qui avait raison, quand il affirme qu’à sa place, il ne ferait rien d’autre que ce que font les députés déjà positionnés de la mouvance présidentielle.

Aussi délicat que cela puisse paraître, on s’achemine vers le vingt-huit avril deux mille dix-neuf, où deux partis (Br et Up) ont toutes les chances de compėtir.

Si l’opposition a déjà fini ses cartouches, alors elle risque gros.

 

Dine ABDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite