Conférence-débat à l’Eitb : José Pliya indique la voie de l’universalité dans l’écriture dramatique

267

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’école internationale de théâtre du Bénin (Eitb) dirigé par Alougbine Dine a effectué sa rentrée académique samedi 23 mars 2019 avec la nouvelle promotion ‘’José Pliya’’. 

 

Comme à l’accoutumée, la nouvelle promotion des étudiants de l’Ecole internationale de théâtre du Bénin (Eitb) reçoit dès la rentrée académique, leur parrain qui les entretient sur une thématique d’importance capitale dans la suite de leur carrière. Pour le compte de la rentrée académique 2019-2020, la promotion qui porte le nom du dramaturge José Pliya a assisté à la conférence donnée par celui-là même que le Bénin reconnait aujourd’hui comme le directeur nationale de la promotion des patrimoines et du développement du tourisme. Le panéliste est appelé à l’occasion, à développer le thème  intitulé « écrire pour le théâtre, écrire pour le monde ». Et là-dessus, le conférencier a d’abord commencé par situer le contexte dans lequel il est devenu écrivain et par surcroit dramaturge avant d’en venir à l’axe principal des échanges. « Conférence, le mot est un peu solennel, un peu trop auguste. J’aime l’idée d’une parole que je prends pour partager une expérience qui est celle d’un auteur dramatique et qui est vaguement celle d’un comédien et puis d’un metteur en scène par ces dernières années », déclare José Pliya dès l’entame de ses propos pour planter le décor. L’auteur avoue avoir eu, comme tout le monde, la tentation de toutes les autres formes d’écriture à savoir : le roman, la poésie, l’autofiction, l’essai et on en passe. Mais il a adopté très tôt l’écriture dramatique pour une raison particulière. « C’est un choix radical que j’ai fait de n’écrire que pour le théâtre depuis plus de trente ans. C’est une écriture volontairement ouvert sur le monde», mentionne le conférencier.  Pour lui, il y a toujours une dialectique qui se pose aux auteurs dramatiques, ‘’écrire pour qui’’ ? Et c’est là la question fondamentale du thème. Là-dessus, l’auteur souligne que de manière générale tous les auteurs souhaitent que leur message aille au monde entier et soit universel. Cependant, l’écrivain montre que ce n’est pas toujours le cas et que les avis à ce sujet sont divergents et partagés.  Parce que chaque auteur est héritier d’une histoire, d’un pays, d’une région ou d’une civilisation. Ainsi, la tendance à vouloir parler de ces pièces est plus forte. Mais malgré cette dialectique, le conférencier a quand-même fait savoir qu’il est important que l’auteur dramatique cherche à être transversal dans son écriture, étant entendu qu’il souhaite faire passer une histoire qui s’adresse à tous les humains. Selon lui, l’auteur peut se focaliser sur ce qui lui est propre pour adhérer les consommateurs de son œuvre à sa cause.

 

TG   

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite