“Data Forces“ 3ème édition à Blolab : Renforcer la participation citoyenne à partir des données

256

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Après les deux premières éditions qui se sont déroulées à Woelab à Lomé au Togo, la troisième édition du Tech festival Data Forces s’est déroulée samedi, 16 mars 2019 dans les locaux de Blolab à Cotonou. Des participants venus de plusieurs pays ont mené des réflexions et échangé autour du renforcement de la participation citoyenne à partir des données et science. C’était en présence du représentant résident de l’Institut de recherche pour le développement (Ird), Florent Engelman…

Venus d’autres pays notamment du Togo et de plusieurs horizons du Bénin, des acteurs de la société civile, universitaires, entrepreneurs, chercheurs et web-activistes ont massivement pris part aux activités de la 3ème édition du festival technologique “Data Forces“. « Science, Data et participation citoyenne », c’est le thème qui a focalisé les attentions durant ce conclave. A travers une série de communications, des réflexions collectives ont été menées autour de la nécessité de faire des données ouvertes, le socle de la participation citoyenne. Différentes thématiques ont été abordées notamment « Science et donnée pour une participation citoyenne » ; « femme, data et science et participation citoyenne » ; « Internet en Afrique en période électorale : que peut faire la société civile ? fake news, rumeur » ; « le capitalisme de l’intelligence artificielle » ; « La science en milieu scolaire à l’ère du numérique avec le club des jeunes de l’Ird » ; « science ouverte et langues africaines : état des lieux et participation en Afrique francophone» ; « Sécurité du routage pour la stabilité de l’internet : enjeux et participation » ; « stabilité internet, science ouverte et langues africaines ». A en croire Médard Agbayazon, fondateur de Blolab, le Tech festival Data Forces se veut un cadre pour « fédérer un écosystème de la donnée pour essayer d’en dégager ce qui pourrait être une posture africaine ». Ceci, pour mieux relever les défis liés à la révolution numérique. A en croire Sedame koffi, fondateur de WoeLab, il importe que l’Afrique développe sa propre position par rapport à la révolution numérique. Initié en 2017 par Woelab sous l’impulsion de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Togo, le Tech festival Data Forces ambitionnait de favoriser l’amélioration de la gouvernance et promouvoir la participation citoyenne dans le débat public à travers les innovations technologiques. En 2018, Woelab émettait le vœu de voir les acteurs régionaux de la scène tech participer à la consolidation de ce cadre. De quoi donner à ce Tech festival une allure de tink tank panafricain. Quant à Marie Auxiliatrice Da Silveira, formatrice à Blolab, elle s’est intéressée, dans sa communication, à l’implication des femmes dans le contrôle de l’action publique ainsi que leur engagement à contribuer et participer au développement de leur communauté. Pour Médard Agbayazon, le but visé à travers Data forces 3ème édition est de construire ensemble, des modèles viables de promotion des données ouvertes. Il a, par ailleurs, reconnu que la science est à l’avant garde de tout développement. Les regards sont à présent tournés vers la quatrième édition.

 

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite