Convoqué à la Brigade criminelle : Houngbédji serein

852

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Dès l’annonce de la convocation du président du Prd Me Adrien Houngbédji, la question s’est posée de savoir si Me Adrien Houngbédji va prendre le risque de se présenter en personne à la Brigade criminelle. Du point de vue du droit, l’homme dispose d’arguments pour justifier l’impossibilité pour lui de se rendre devant une telle brigade surtout vu son statut de député et de surcroit président de l’Assemblée nationale, donc la 2e personnalité de l’Etat. Mais hier dans la soirée, Me Adrien Houngbédji s’est adressé  à la presse. De ses déclarations, il ressort que l’homme est serein. Il affirme ne pas savoir les motifs de cette convocation et que ce n’est qu’à la Brigade criminelle qu’il saura ce qu’on lui reproche. Mais Houngbédji balaie d’ores et déjà la possibilité que cette convocation soit liée à la concertation qu’il a engagée avec les partis politiques sur injonction du chef de l’Etat pour une sortie de crise. Dès lors, il reste la piste de recel de documents administratifs ou de documents falsifiés trouvés dans la liste du Prd. Qu’il vous souvienne que lors de la rencontre avec les partis politiques, le chef de l’Etat avait évoqué la possibilité de poursuivre les présidents des partis qui avaient mis dans leur liste des documents falsifiés. Avec ce qui s’est passé à la Cour, les charges retenues à l’encontre du Prd pourraient être multiples. Hier, en face des hommes des médias, le président Adrien Houngbédji n’a pas voulu aborder la question de sa convocation devant la Brigade criminelle. Il a fallu l’insistance des journalistes pour qu’il réponde futilement, “J’ai lu comme vous sur les réseaux sociaux… J’ai reçu la notification… Je vais me présenter”. Contrairement à ce que la presse attendait, Adrien Houngbédji voudrait plutôt faire le point des démarches qu’il a entreprises auprès des partis politiques pour une décrispation de la tension sociale. Il a annoncé que les négociations vont bon train et qu’il a même déjà reçu les propositions des différents partis politiques sur la correction des textes électoraux demandée par le président de la République pour la tenue des élections législatives plus inclusives et apaisées.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite