Législatives 2019/16ème circonscription électorale : Polémique autour de la candidature d’un imam !

871

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les élections législatives de 2019 sont imminentes et les identités des candidats des différents partis politiques en lice sont connues. Pendant que des irrégularités constatées dans le positionnement de certains candidats alimentent les débats sur la toile, c’est tout autre fait qui fait objet de polémique depuis le week-end dernier. Il s’agit notamment de la candidature de l’Imam de la mosquée centrale Cotonou-Jonquet, El Hadj Ibourahima Soumanou. Si, pour certains fidèles musulmans, il s’agit d’une option contraire aux prescriptions islamiques en lien avec sa fonction, d’autres leaders religieux craignent que ce dernier soit contraint à certains vices qu’exige la vie politique tels que le mensonge…

Positionné comme premier titulaire sur la liste du Bloc Républicain, parti de la mouvance politique, dans la 16ème circonscription électorale (du 7ème au 13ème arrondissement de Cotonou), l’imam de la mosquée centrale Cotonou-Jonquet, El Hadj Ibourahima Soumanou battra bientôt campagne pour solliciter les suffrages des électeurs pour les prochaines législatives prévues pour le 28 avril 2019. S’il est inutile de faire l’éloge de l’homme perçu comme un homme de foi et grand conciliateur, l’option de l’imam de se jeter dans la bataille politique ne fait pourtant pas l’unanimité au sein de la communauté musulmane. Dans plusieurs forums  Whatsapp, les fidèles musulmans en débattent et les avis restent divergents. Difficile de s’accorder sur les prescriptions de la religion établissant la compatibilité entre sa fonction d’imam et une vie politique. Pour certains, la candidature de l’imam porte atteinte à l’image de la religion car déjà, beaucoup s’interrogent sur la stratégie de campagne électorale. Que dira-t-il après les prières durant la campagne ? Aura-t-il la foi de se consacrer uniquement à la parole d’Allah en face des fidèles ? Autant de questions qui font le tour des réseaux sociaux et qui ne manquent pas de pertinence. Et la seule évidence, selon certains, est que l’imam deviendra sans nul doute, le griot du régime Patrice Talon. Il vantera les mérites du gouvernement et devra s’abstenir de critiquer le pouvoir. Ainsi, certains leaders religieux craignent déjà que leur frère en Islam ne se retrouve à répandre le mensonge pour se faire élire. Le mensonge étant proscrit en Islam. Encore qu’ici, il s’agit du sort de tout un peuple, d’une nation. Sur le terrain politique, l’imam risque de ne plus être véridique encore qu’il porte une liste importante de la mouvance au regard de son positionnement. Et, l’inquiétude des fidèles musulmans est liée au fait que les mosquées pourraient se transformer en tribunes politiques. Déjà, certains estiment qu’il est impératif qu’il donne sa démission en qualité d’imam et président du collège des imams du Littoral et de l’Atlantique sans oublier la vice-présidence du bureau transitoire de l’Union islamique du Bénin. Dans une circonscription électorale comme celle-ci, où la bataille politique a toujours été rude, c’est clair que le candidat Ibourahima Soumanou mènera le combat à visage découvert. Faut-il le souligner, l’homme est très apprécié pour son intégrité, son dynamisme et son sens élevé de rassemblement.

 

 A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite