Céna/Législatives d’Avril 2019 : Les listes en compétition connues ce jour

3 507

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Conformément aux nouvelles lois sur les élections en République du Bénin, c’est ce jour mardi 5 mars 2019 que la Commission électoral nationale autonome (Céna) devra  rendra public la liste définitive des formations politiques retenues pour compétir dans le cadre des élections législatives d’avril 2019. Selon la loi, c’est huit (08) jours après la date limite du dépôt des dossiers de candidature que l’institution en charge des élections, après étude et traitement des dossiers, annonce officiellement les listes retenues. Au total sept listes, au nombre desquelles, l’Union progressiste, le Bloc Républicain, le Prd, le Fcdb, le Moele, L’Usl et l’Udbn, ont été déposées à la Céna à la date du 26 février 2019. Si les listes Usl et Udbn partent diminuées en raison de l’absence de certificat de conformité pour les unes et de quitus fiscal de certains candidats pour les autres, il est à noter que même le doute persiste sur la recevabilité des listes appartenant aux partis politiques soutenant les actions du Chef de l’Etat. En effet, après le dépôt des dossiers à la Céna, mardi 26 février, beaucoup d’irrégularités sont constatées sur la plupart des listes de la Mouvance. Outre des cas de tricheries dénoncés sur les listes de Moele Bénin et Prd notamment dans la 4e circonscription où la même personne se retrouve sur les deux listes, des voix s’élèvent pour dénoncer la présence des députés et ministre Prd sur les listes de l’Union Progressiste et du Bloc Républicain. Il s’agit entre autre des députés Augustin Ahouanvoébla, Badirou Aguèmon sur la liste des Progressistes, Edmond Zinsou, Paulin Gbénou et le ministre Jean-Claude Houssou sur la liste des Républicains. Ces députés et ministre qui ont quitté le Prd après la décision de Me Adrien Houngbédji de se retirer du Bloc Républicain n’auraient pas rempli les formalités de démission du parti arc-en-ciel avant d’être candidats sur la liste des partis du chef de l’Etat. Or, l’article 11 de la Charte des partis politiques stipule que nul ne peut être membre de plus d’un parti politique. La loi dispose également qu’après le dépôt des dossiers à la Cena, aucune autre modification de quelque nature que ce soit,  ne peut être apportée. Que fera donc Emmanuel Tiando, président de la Cena ? Va-t-il faire invalider toutes les listes en compétition ? Ou fera-t-il le jeu des partis de la Mouvance présidentielle en fermant les yeux sur les irrégularités comme il se susurre déjà dans l’opinion ? Les heures à venir nous situeront.

 

Th. A.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite