Publication du livre ‘’La cour constitutionnelle et le peuple au Bénin’’ : Moïse Lalèyè met le doigt dans une plaie institutionnelle

270

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’essai intitulé ‘’La cour constitutionnelle et le peuple au Bénin : d’un juge constitutionnel institué à un procureur suzerain’’ est officiellement mis sur le marché du livre béninois à la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (Ccib), jeudi 28 février 2019. Son auteur, le professeur Moïse Lalèyè, dans les lignes de ce bouquin, a attiré l’attention des uns et des autres sur les dérives de la pratique constitutionnelle qui provoquent la division entre ce précieux texte et le peuple qu’il est appelé à protégé.

C’est devenu désormais une tradition pour le professeur Moïse Lalèyè de sortir les dessous sales des institutions nationale comme internationale. Après le Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (Cames) qui a subi la verve de l’enseignant de droit dans sa précédente publication, c’est au tour de la cour constitutionnelle du Bénin de passer au crible. Un ouvrage volumineux de 683 pages, structuré en deux grandes parties, a été consacré à dessein au projet en vue de labourer proprement le champ des dérapages constitutionnels qui entraînent tous les problèmes qui minent le Bénin. L’auteur, à la faveur des pages de cet essai, s’est investi à montrer du doigt, des réalités concrètes qui mettent les citoyens béninois dans une situation d’inconfort vis-à-vis de leur propre constitution. «Je dois rappeler que de façon générale, si vous avez la chance de lire le livre et ensuite, si vous commencez par observer à partir de ce soir, vous allez voir que beaucoup de dérives se reposent très facilement sur la fonction de régulation de la cour constitutionnelle.

On dévoile ça simplement et on transforme ça en un pouvoir discrétionnaire de la cour, or c’est faux. Cette fonction de régulation, par exemple dans la constitution française, en son article 5, est assurée par le président de la République» souligne l’essayiste pour ressortir un cas poignant parmi tant d’autres que son ouvrage n’a pas manqué d’exposer au grand jour. Visiblement, le Bénin serait malade de sa cour constitutionnelle vue la manière dont elle fonctionne depuis les origines. Le livre est disponible au prix de 45000 Francs Cfa dans les librairies.

Teddy GANDIGBE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite