Président d’un Jour, Alvine Yédia Leyitan : « Les jeunes ne doivent plus attendre l’emploi de l’Etat »

198

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Alvine Yédia Leyitan est la présidente du Jour pour le compte de cette semaine. Notre présidente est originaire de la commune de Toffo et est âgée de 17 ans. Elève en classe de première A2 au collège privé Gracia Pléna de Parakou, elle est née de Narcisse Leyitan, professeur et de Victorine Atayodi, couturière. Plusieurs sujets de développement ont été abordés avec la présidente Alvine Yédia Leyitan, qui a levé un coin de voile sur son approche de gestion des secteurs vitaux pour le développement de la Nation.

 

Quelle est votre politique pour lutter contre le chômage des jeunes ?

L’emploi des jeunes est un sujet très important pour mon gouvernement. Vous savez, nous avons beaucoup de jeunes, qui ont fini leur formation académique ou professionnelle et qui sont encore à la charge de leurs parents. Ce n’est pas normal. C’est pourquoi, je vais mettre en place, une politique de l’auto-emploi des jeunes, afin que ces derniers n’attendent plus un emploi dans la fonction publique. La vérité est que l’Etat ne peut pas recruter tous les demandeurs d’emploi.  Nous allons les amener à se prendre en charge professionnellement avec des appuis financiers pour le démarrage.

Comment comptez-vous assurer un environnement sain à vos concitoyens ?

Le constat est là que beaucoup de nos villes sont insalubres. La responsabilité est partagée entre l’exécutif et les populations. Mais beaucoup plus la population qui parfois, ne sait pas qu’il lui incombe d’assainir son cadre de vie et jette les ordures et autres déchets un peu partout. L’Etat a beaucoup sensibilisé dans ce cadre, moi, je vais passer à la répression, qui passe par l’application des sanctions prévues dans les différents textes de loi sur l’environnement. Amendes et peines de prison seront appliquées aux pollueurs, ce qui va contribuer à décourager d’autres personnes. Les délégués de quartier et chef de villages seront mis à contribution pour continuer la sensibilisation sur la nécessité pour les populations de maintenir leur environnement dans un état permanent de propreté.

Quelle lecture faites-vous du système éducatif de notre pays ?

Il a été constaté que les élèves ne se préoccupe plus de leurs études, ils s’adonnent à beaucoup de choses inutiles telles que les réseaux sociaux. A cela, s’ajoute le manque de pression de la part des parents. Ce qui impacte négativement sur les résultats. En tant que présidente, je vais recruter des enseignants qualifiés dignes du nom et faire comprendre aux parents, que l’éducation des enfants est capitale, parce qu’ils sont la relève.

Quel est l’état du secteur de la santé du pays ?

Nos hôpitaux manquent des médecins ou, il y en a en nombre très réduit et les populations sont livrées à des stagiaires notamment les étudiants en médecine qui n’ont pas la connaissance nécessaire pour administrer des soins adéquats. Je vais m’employer à corriger cet état de chose, en procédant au recrutement de médecins dans les hôpitaux du pays pour bien prendre soin des populations, parce qu’il faut une population en bonne santé pour faire face aux défis du développement de notre pays. Je mettrai également un accent particulier sur l’acquisition du matériel de qualité pour les hôpitaux, parce que ça manque dans beaucoup d’hôpitaux.

Votre mot de la fin

 

Je suis à la tête du pays pour le bien de tous les Béninois et de toutes les Béninoises. A ce titre, tout ce que je ferai pendant mon mandat, sera guidé par l’intérêt supérieur de la Nation. Je voudrais les inviter à me soutenir dans mes différentes initiatives qui ne visent que le développement du pays.

Propos recueillis par Albérique HOUNDJO

(Br Borgou-Alibori)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite