Après ses quatre trophées décrochés en France : François Xavier Adjovi accueilli en triomphe

241

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Auteur d’une prestation héroïque au Festival de Cannes de scrabble  en France (du 19 au 24 février 2019), l’international béninois François Xavier Adjovi est revenu au bercail, mardi 26 février 2019. A l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin, le Héros national a été accueilli en triomphe par sa famille.

Surnommé le père des trophées au Bénin, le vainqueur de quatre trophées dans l’hexagone au Festival de Cannes a livré ses impressions dès sa descente au bercail, aux environs de 21 heures, heure locale. «C’est une première sortie pour moi. J’avais promis de battre cette année mon propre record. (…) A cette place, personne ne m’attendait mais j’avais une confiance en moi. C’est ça qui m’a permis d’obtenir ces trophées», a avoué le champion béninois. A l’en croire, l’organisation du Gala des Champions par le ministère des Sports est l’élément motivant ce succès. «Célébrez ces champions, c’est ça qui m’a permis à m’engager davantage pour décrocher plus de trophées qu’auparavant. Ça encourage quand tu sors du pays et tu ramènes de trophées. Et que les dirigeants soient reconnaissants à ton égard», a souligné François Xavier Adjovi. En France, il a été vainqueur de la Coupe du Port (jumelée à la Coupe de la Fédération Française de Scrabble). Il s’est adjugé du Grand Prix de cette même épreuve. Dans la foulée, il a décroché l’épreuve de Classique du tournoi (la Coupe des îles de Lérins) disputée en cinq manches. Pour clôturer en beauté son séjour azuréen, il est monté sur la deuxième marche du podium en décrochant l’argent au tournoi majeur du Grand Chelem (Coupe de Cannes). Une semaine en quatre médailles au total pour celui que les Français ont surnommé «le surprenant François Xavier. «C’est inédit. Je suis le scrabbleur qui a dominé ce festival. J’ai raflé plus de trophées que tous ceux qui étaient présents», raconte-t-il avec joie. «C’est une grande satisfaction qui m’anime. Je suis saisi d’émotion. En lui (François Xavier), et par l’exploit qu’il a créé en décrochant tous ces trophées, c’est un sentiment d’émotion mais nous devons les motiver plus pour qu’ils puissent s’investir davantage», a laissé entendre Jean Eudes Agbévavo, vice-président de la Fédération béninoise de scrabble avant de conclure que c’est d’une date qu’on ne peut oublier.

A.F.S.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite