Deuxième cycle d’évaluation mutuelle du dispositif de Lbc/Ft : Pour examiner et apprécier son niveau de conformité

214

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La salle de conférence du ministère de l’Economie et des finances (Mef) a servi de cadre, lundi 25 février 2019, à l’ouverture du deuxième cycle d’évaluation mutuelle du dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (Lbc/Ft). Durant dix-huit jours, les évaluateurs du Groupement intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (Giaba) vont examiner et apprécier le niveau de conformité du dispositif juridique et institutionnel mis en place par le Bénin ainsi que les résultats obtenus.

La plupart du dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme des pays de la sous-région dont le Bénin, a été soumis au premier cycle d’évaluation en 2009. Mais, les résultats n’ont pas été reluisants pour le Bénin qui a été placé sous un régime de suivi régulier accéléré. Dix ans après, le Giaba est à nouveau au Bénin pour s’assurer de la mise en place effective du système anti-blanchement robuste et conforme aux standards internationaux. Ainsi, du 25 février au 14 mars 2019, les experts du Giaba vont évaluer l’efficacité du dispositif Lbc/Ft du Bénin et examiner la mise en œuvre harmonieuse du cadre juridique et institutionnel et les résultats produits sur le terrain. «L’évaluation n’est pas un examen. Son principal objectif est de fournir une meilleure compréhension du niveau de conformité du dispositif national de Lbc/Ft par rapport aux normes internationales, d’y identifier leurs appuis ainsi que les listes de Lbc/Ft auxquels le pays est exposé», a souligné Kimelabalou Aba, Directeur du Giaba. A l’en croire, le résultat final permettra au Giaba et aux partenaires financiers d’apporter une assistance technique pour résoudre les problèmes prioritaires identifiés. Pour sa part, Marie-Odile Attanasso, a rappelé les efforts fournis par le gouvernement béninois dans la Lbc/Ft. Elle demande à cet effet, aux acteurs concernés aussi bien du secteur public que privé de s’impliquer et de collaborer avec les experts évaluateurs dont la principale mission est d’aider le Bénin à identifier les non-conformités qui empêcheraient le dispositif de Lbc/Ft.

 

A.F.S.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite