Législatives du 28 avril 2019 : Ce lundi, jour décisif !

1 365

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ce lundi 25 février 2019 est une journée très importante qui s’annonce pour le Bénin. L’opposition, pour l’heure, écartée du processus électoral en cours est à la veille du délai légal pour le dépôt des candidatures à la Céna alors qu’aucun des partis politiques constituant cette opposition ne s’est encore vu délivrer son certificat de conformité. Un véritable casse-tête…

Les législatives du 28 avril 2019 pourraient être très particulières. Et pour cause, tous les partis de l’opposition pourraient être absents du processus lancé depuis quelques semaines. En effet, dans  une décision publiée le jeudi dernier, le ministre de l’Intérieur a dévoilé la liste des partis ayant obtenu le certificat de conformité aux dispositions de la nouvelle charte politique; lequel certificat fait partie à en croire une décision de la Cour constitutionnelle des pièces à fournir par les partis politiques désirant prendre part aux prochaines législatives. Quelques heures après cette décision, les partis de l’opposition ont contesté à travers divers canaux. Le parti Restaurer l’espoir ( Re), le parti Force cauris pour un Bénin émergent ( Fcbe) et l’Union Sociale libérale (Usl) ont parlé de complot contre la démocratie. Au cours de leur conférence de presse organisée jeudi, ces formations politiques ont demandé  au gouvernement de libérer les certificats de conformité au plus tard le vendredi 22 février à 12 h. Un ultimatum qui a expiré sans qu’on ne note de réactions majeures. Sinon quelques foyers de tension faits de feux vite éteints par la police républicaine ont été enregistrés le vendredi à Cotonou et Abomey-Calavi. Entre temps, le parti Re a adressé  au ministre de l’Intérieur une correspondance pour justifier ses choix qualifiés d’irrégularités par l’autorité. De leurs côtés, les Fcbe ont tenu à Cotonou un congrès extraordinaire pour tenter de corriger les insuffisances notées dans leurs dossiers. L’Usl, quant à elle, a justifié sa position à la faveur d’une conférence de presse. Dans la foulée, la présidence de la République a annoncé qu’une rencontre réclamée par l’opposition, quelques jours avant la décision du ministre de l’Intérieur, se tiendra ce lundi avec le Chef de l’Etat par rapport aux difficultés notées dans le processus électoral.  Mais on a aussi appris que l’opposition a projeté pour ce lundi une marche de protestation. Une marche interdite par la préfecture de Cotonou. Mais elle pourrait être observée demain, mardi selon nos sources. En tout cas, la tenue de cette marche dépendra de l’issue de cette rencontre avec le président Talon et les éventuelles décisions que pourraient prendre ce jour, le ministère de l’Intérieur quant à la conformité des partis de l’opposition. C’est déjà la veille de la clôture de réception des dossiers de candidature par la Commission électorale nationale autonome (Cena). Que pourrait-il donc se passer? La rencontre entre l’opposition et le président de la République aura-t-elle lieu? Si elle a lieu, quel genre de  fumée pourrait-il en sortir, et quelle fumée pourrait également sortir du ministère de l’Intérieur? Les partis de l’opposition vont-ils obtenir enfin le précieux sésame pour participer aux élections? Si le blocage constaté depuis le  vendredi dernier se poursuit, à quoi pourrait-on assister dans les heures voire jours à venir? Peut-il y avoir réellement de législatives sans l’opposition ? Quelle sera la réaction des partis de l’opposition ? Qu’en serait-il aussi si tous les partis politiques se réclamant de l’opposition n’arrivaient pas à avoir le certificat de conformité ? Les regards sont tournés pour le moment vers le ministère de l’Intérieur, le palais de la Marina et les leaders de l’opposition.

Mike MAHOUNA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite