Rencontre du ministre des finances avec les centrales syndicales : Ce qu’il faut retenir des échanges…

307

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les secrétaires généraux des confédérations syndicales à savoir la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb), la Confédération des organisations syndicales indépendantes (Cosi-Bénin), la Confédération des syndicats autonomes (Csa-Bénin), l’Union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin (Unstb), la Cspib et la Csub ont pris part ce lundi, 11 février 2019 à une séance d’échanges avec le ministre de l’économie et des finances, Romuald Wadagni. Les discussions ont porté sur les engagements pris par le Chef de l’Etat lors de la rencontre du 17 décembre 2018…

En réponse à l’audience sollicitée depuis le 29 janvier dernier par les secrétaires confédéraux, l’argentier national a finalement reçu les partenaires sociaux ce lundi.  Ces derniers ont voulu savoir ce qu’il en est des engagements pris récemment par le Chef de l’Etat concernant leur plateforme revendicative. Ainsi, les échanges se sont articulés autour de huit (08) points. Il s’agit des résultats de l’audit de l’opération de reversement, des arriérés de salaires pour les travailleurs, de la Coordination Cnss Fnrb, du budget du Cnds, de l’augmentation du point d’indice, du Smig et la hiérarchisation des salaires, de la situation des entreprises publiques et parapubliques (Sonacop, Bénin-Télécoms- Papme- Fludor, Bénin Rails). Concernant le premier point relatif aux résultats de l’audit de l’opération de reversement, le ministre Wadagni estime que des cas de fraudes ont été décelés en faisant savoir qu’il importe de payer ceux qui travaillent depuis plus de 10 ans sans salaire avant d’appliquer les textes aux fraudeurs. Il a précisé bien vouloir autoriser le payement des salaires de ces derniers, quitte à voir la possibilité de payer les arriérés de façon échelonnée. Mais il attend le chiffre exact de chaque ministère pour lancer les travaux afin d’éviter les gonflements de chiffres comme à chaque fois. Des explications jugées rassurantes par les secrétaires des confédérations syndicales qui ont plaidé pour l’accélération du traitement des dossiers afin que les concernés soient payés dans les meilleurs délais. Par ailleurs, ils ont demandé que les résultats des audits leur soient présentés pour contribuer à l’évolution du dossier avec leurs propositions et qu’ils ne puissent cautionner le « faux ». Une séance est projetée pour en débattre. Quant au paiement des arriérés de salaires pour les travailleurs et la Coordination Cnss Fnrb, le ministre a rassuré qu’un effort est fait pour qu’il n’y ait plus de cumul d’arriérés. Pour ce qui existait, 1,500 milliard de francs CFA est débloqué chaque mois pour les payer graduellement d’année en année. Les confédérations ont souhaité un peu plus d’effort pour porter l’enveloppe à 2,5 ou 3 milliards de francs CFA par mois et que même en reconnaissant l’effort fait, ceci n’est pas visible compte tenu du nombre en attente. Au sujet de la Coordination de l’engagement concernant la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (Cnss) et le Fonds national des retraités du Bénin (Fnrb, le ministre a estimé que la communication introduite a porté beaucoup de points à la fois et qu’il serait mieux de reprendre cela cas par cas de façon claire et simple. Il estime qu’il suffit plutôt d’une décision du conseil des ministres pour autoriser le mécanisme de compensation entre la Cnss et le Fnrb. Se prononçant sur le budget du Conseil national du dialogue sociale (Cnds), Romuald Wadagni a expliqué aux secrétaires généraux qu’une équipe composée des membres du ministère et de certains membres du Cnds, a travaillé il y a un mois sur le budget. Sur le Smig et la hiérarchisation des salaires, il a été proposé que le Patronat soit invité pour une discussion et que des calculs soient faits pour voir la faisabilité. Le ministre a promis le faire dans le plus bref délai, ceci avant la fin du mois de février.

Quid du point indiciaire…

Abordant la question relative à l’augmentation du point d’indice, l’autorité ministérielle pense qu’une fois que la question des arriérés de salaires soit résolue, satisfaction sera donnée à ce point. Quant à la situation des entreprises publiques et parapubliques (Sonacop, Bénin-Télécoms- Papme- Fludor, Bénin Rails etc..), il ressort qu’une nouvelle approche est en expérimentation avec une entreprise actuellement en difficulté. Cette approche responsabilise les travailleurs. Les Confédérations ont promis discuter avec les militants de ces sociétés et revenir avec des propositions concrètes mais pour celles en liquidation, ils ont proposé qu’un dispositif soit mis en place pour permettre de discuter avec les travailleurs afin qu’ils aient les informations. Elles ont aussi insisté sur la sauvegarde des emplois. Les confédérations syndicales ont aussi plaidé pour la mise en place d’un mécanisme d’échanges permanent entre le ministère des finances au regard de son rôle transversal dans la gestion des dossiers liés aux partenaires sociaux.

 

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite