Rejet de plus de 400 dossiers au Bepc dans l’Atacora: Le ministre Mahougnon Kakpo doit sortir le grand jeu !

783

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’information fait le tour de la toile et visiblement ne laisse indifférente personne. Relayée par plusieurs médias, l’information selon laquelle plus de 400 dossiers de candidatures à l’examen du Brevet d’études du premier cycle (Bepc 2019) ont été rejetés dans le département de l’Atacora devrait sortir le ministre de l’enseignement secondaire, Mahougnon Kakpo de sa torpeur. L’autorité ministérielle devra, au regard des motifs de rejet desdits dossiers, mettre toutes les structures compétentes à contribution pour permettre aux candidats concernés de composer…

Si l’année dernière, près de 98 dossiers à l’examen du Bepc avaient été définitivement rejetés pour défaut d’acte de naissance dans le département de l’Atacora, il importe de sauver les meubles cette fois-ci pour ne pas pénaliser les pauvres candidats, l’avenir de la nation. En effet, à la clôture du registre des inscriptions à cet examen le 21 janvier 2019, plus de 400 candidats au Bepc ont vu leur dossier rejeté, renseigne le chef service des examens et concours de la direction départementale de l’enseignement secondaire de l’Atacora Barthélémy N’dah Moutouama, dans une interview accordée à l’Agence Bénin presse. Des dossiers rejetés pour défaut d’acte de naissance, les erreurs de remplissage de la fiche d’inscription et l’utilisation des timbres de 200 F ou de 300 F au lieu du timbre de 600F comme l’exige la direction des examens et concours. Quand bien même pour l’heure, il ne s’agit pas des rejets catégoriques mais de principes et que les candidats ont encore la possibilité de se rattraper jusqu’à ce que la direction des examens et concours ne commence les paramétrages, la prompte intervention du ministre de l’enseignement secondaire s’impose pour sauver les meubles dans les délais raisonnables. Lorsqu’on sait toutes les difficultés auxquelles font face les parents d’élèves en milieu rural pour obtenir l’acte de naissance de leurs progénitures surtout à cette étape, l’idéal serait que les services décentralisés de délivrances d’actes de naissances soient instruits afin que diligence soit faite pour soulager ces candidats. « Déjà, à partir de la 4e, il faut que le parent se rassure que l’enfant dispose d’un acte de naissance conforme, parce que c’est la pièce maîtresse pour pouvoir se présenter à l’examen… Nous prenons déjà des dispositions avec les directeurs. Pour cette rentrée scolaire, on a demandé à ce que les chefs d’établissements, pour les enfants qui viennent de réussir au Certificat d’étude primaire (CEP), réclament déjà les actes de naissance pour les conserver », a confié à l’Abp, le chef service des examens et concours. Mais en attendant, il n’est pas question de laisser des candidats sur le carreau. Quant aux difficultés financières ou non liées aux timbres, il urge également que des mesures rassurantes soient prises pour faciliter la tâche ou accompagner les candidats afin qu’ils ne soient point contraints d’abandonner les activités académiques pour des jobs. Notons que le registre d’inscription des candidats à l’examen du Brevet d’étude du premier cycle (BEPC) a été clôturé le 21 janvier 2019 avec l’enregistrement dans l’Atacora de 9853 candidats.

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite