Boni Biagui Baleri : L’homme qui respire la lutte traditionnelle

107

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Dans le département de la Donga, la lutte traditionnelle est une religion. Chaque mois, un homme amoureux de ce sport permet aux populations de vivre de leur passion à travers des compétitions. Il s’agit de Boni Biagui Baleri (photo), Caporal-Chef au sein de l’armée béninoise. Originaire de Itchelli, dans l’arrondissement de Sèmèrè 2 (Département de la Donga), Boni Biagui Baleri est un ancien champion du Bénin de la lutte traditionnelle dans la catégorie de 85 kg durant successivement 12 ans (de 1992 à 2004). Par la suite, il a été encadreur pendant plusieurs années. Il s’est finalement retiré des arènes de la lutte pour avoir été déçu de la gestion de ce sport par les responsables de la Fédération béninoise de lutte. Cependant, il reste proche de son sport favori et promet se battre pour une existence légale du club de sa localité natale. «Mon souci, c’est d’innover et de révolutionner cette discipline sur le plan national. Eviter aux jeunes talentueux de vivre ce que nous avions vécu par le passé et ce qui s’observe aujourd’hui», a-t-il confié. Haut de ses 1m85 pour 95 kg, Biagui Boni Baleri, âgé de 44 ans a un projet qui lui tient à cœur. Celui de créer des clubs de lutte traditionnelle et olympique au niveau des communes de Ouaké, Bassila et Copargo à l’instar de Gunu lutte club créé par Rafiou Assoumanou. «C’est un projet bien monté par l’Association des anciennes stars de lutte de l’Atacora/Donga et du Borgou/Albori», a-t-il clarifié. Pour lui, tous les anciens lutteurs du Bénin doivent s’associer pour une véritable révolution de ce sport. Pour le natif de Sèmèrè, la lutte traditionnelle, au-delà de l’aspect sportif, est entièrement culturelle. Ce sport poursuit-il, est une épreuve par laquelle, l’on quitte l’adolescence pour la jeunesse dans la plupart des aires culturelles du septentrion. «C’est un sport d’expression de bravoure et d’intelligence. En un mot, la lutte traditionnelle est d’une fierté culturelle», a-t-il renchéri. Conscient que la lutte traditionnelle au Bénin est encore à l’étape embryonnaire, Boni Biagui Baleri entend dorénavant apporter sa pierre à l’éclosion de cette discipline sportive qui est le sport-roi au Sénégal.

A.F.S.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite