Baromètre Matin Libre (du 01er au 07 Février 2019)

422

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

EN HAUSSE

Romuald Wadagni

Après la reconnaissance des mérites de Wadagni par ses pairs de l’espace francophone lors du séminaire sur la transparence budgétaire tenu à Dakar, c’est le tour de la Commission de l’Uemoa de saluer l’avancée du Bénin dans la mise en œuvre des réformes, projets et programmes communautaires de l’Uemoa. 80,2% en 2018 contre 63,7% en 2017. C’est le taux de mise en œuvre au Bénin des réformes politiques, projets et programmes de l’Uemoa. Un record de performance jamais égalé dans aucun autre pays de l’Union depuis l’institution de la revue en 2013.

Benjamin Hounkpatin

Dans le cadre du programme «Mise à contribution des cadres au niveau central», le ministre Benjamin Hounkpatin a enfilé la blouse, Jeudi 31 janvier dernier. Il a lancé au Chu-Mel, l’initiative de consultation des patients par les médecins en position administrative dans les formations sanitaires publiques, en recevant de nombreuses patientes du service de consultation prénatale.  Cette initiative permet aux décideurs de se rendre compte par eux-mêmes des réalités du terrain par ces temps de réformes.

Frédéric Joël Aïvo

Le doyen de la Fadesp Frédéric Joël Aïvo est resté droit dans ses bottes. Alors qu’il s’apprêtait à passer le témoin à son successeur nommé par le gouvernement, le Professeur  Frédéric Joël Aïvo, dans un message que beaucoup qualifient de mémorable, a balayé du revers de la  main le mobile avancé par le pouvoir Talon pour procéder aux nominations des nouveaux responsables des Unités de recherches et de formation (Ufr) des universités publiques du Bénin. Le Professeur Aïvo y perçoit plutôt un règlement de compte politique.

Désiré Vodonou

Après plusieurs années hors de la scène politique, Désiré Vodonou sort enfin de l’anonymat. L’ancien député de la 24e circonscription électorale sera à nouveau sur la ligne de départ lors des législatives d’Avril. Désiré Vodonou a formalisé le week-end dernier son adhésion au Bloc Prd de Me Adrien Houngbédji. Ce choix va certainement lui permettre de se refaire une santé politique.

Nazaire Hounnonkpè

Cela fait plusieurs jours maintenant que l’opération rouler à droite a été lancée partout au Bénin pour les automobilistes. Une opération qui se déroule simultanément avec celle relative au respect du couloir de circulation par les motocyclistes. Des centaines de motos ont d’ailleurs été saisies dans ce cadre. Le Dgpr entend, par cette  initiative, obliger les motocyclistes à respecter scrupuleusement le code de la route.

EN BAISSE

Gilbert Ulrich Togbonon

S’il est un fait qui a retenu l’attention tout le temps qu’a duré le procès Icc-Services, c’est la facilité avec laquelle le Procureur spécial évoque, à chaque intervention, l’implication de l’ancien chef d’Etat dans l’affaire Icc-Services. C’était encore le cas au dernier jour du procès où il a juré, dans ses réquisitions, faire poursuivre Boni Yayi en tant que co-auteur de ce scandale. Alors que l’intéressé n’a jamais été écouté, alors que la Criet n’a même pas compétence en la matière, on se demande d’où le Procureur spécial tient cette assurance de l’implication de Boni Yayi dans ce dossier au point d’empiéter sur les prérogatives du Procureur général ?

Joseph Djogbénou

La Cour constitutionnelle est au cœur de la polémique. Sa dernière décision sur la Criet étonne beaucoup de praticiens du droit. Ils n’arrivent pas à comprendre comment la Cour peut se dédire en si peu de temps. D’abord dans une première décision elle rend conforme à la Constitution la loi sur la Criet. Dans une autre décision, elle trouve non conforme à la Constitution un article de la même loi. Dans l’opinion, c’est comme si la Cour n’a pas pris le temps de bien murir sa décision.

Pascal Irénée Koupaki

Son nom avait été omis par le Procureur spécial dans ses réquisitions lors de la première journée. Comment évoquer le nom de Boni Yayi, de Kogui N’Douro, Abraham Zinzindohoué et autres dans ce dossier sans citer Pascal Irénée Koupaki, étant donné la position qu’il occupait dans le gouvernement au moment des faits ? La polémique a enflé sur la toile. Pour certains, la rupture essaie maladroitement d’extirper un des siens du dossier. Ces critiques sont-ils parvenus aux oreilles de Gilbert Ulrich Togbonon ? En tout cas, lors de la 2e journée de réquisitions, il a repêché Pascal Irénée Koupaki au nombre des personnalités qu’il compte faire poursuivre.

Thierry Alavo

Il est au cœur de la polémique depuis qu’il a pris fait et cause pour le gouvernement dans le débat sur la nomination des responsables des unités de formation et de recherche (Ufr) des universités publiques. Pour le professeur Thierry Alavo, le gouvernement a bien fait de ramener l’ordre parce qu’il y aurait des détournements massifs dans les universités en plus du fait que les responsables élus des Ufr mènent la vie dure aux étudiants. Un argumentaire battu en brèche par ceux qui voient dans le geste du gouvernement un recul démocratique.

Marie-Odile Attanasso

Tout ce qu’elle a réussi à faire en faisant nommer par le gouvernement les responsables des Unités de formation et de recherche (Ufr), c’est d’opposer les enseignants d’université. Depuis le conseil des ministres qui a entériné la décision de nomination à la passation de services entre responsables entrant et sortant des Ufr, on a assisté à des tirs croisés entre universitaires. Les professeurs Joël Aïvo, Victor Topanou, Rock Gnahoui et Thierry Alavo ne cessent de se lancer des piques selon qu’ils sont pour ou contre la décision du gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite