Menaces de déguerpissement manu militari : Les bouchers dénoncent le harcèlement de Armand Gansè

206

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’Association des bouchers du Bénin (Abb) a tenu un point de presse, mardi 5 février 2019. L’objectif est de dénoncer « les agissements du Directeur général de la Société de gestion des marchés autonomes (Sogema), Armand Gansè », mais également éclairer la lanterne des Béninois sur les raisons de leur refus, de rejoindre le site de Todomè à eux imposé par le Dg Sogema. C’était à la Bourse du travail à Cotonou.

Les membres de l’Association des bouchers du Bénin (Abb), section de Cotonou en particulier et les bouchers installés au bord des pavés en général, refusent de rejoindre le site de Todomè pour mener leurs activités. Et pour cause, prévu pour abriter 32 places, le Dg Sogema aurait « rafistolé » l’édifice pour y trouver 60 places et pour enfin y loger une centaine. Par ailleurs, Armand Gansè aurait exigé de ces derniers, un droit de place de 350.000 francs CFA par boucher, dont 50.000 F pour les caisses de la Sogema et 300.000 F pour ceux qui ont contribué à aménager les lieux. Les bouchers réunis au sein de l’Abb dénoncent donc l’exigüité des places, mais également l’insalubrité qui règne en maître sur le site : «  Soucieux de la santé des populations, nous n’accepterons pas y rester pour vendre de la viande consommable. Nous ne voulons pas vendre la  mort aux paisibles consommateurs de viande », ont-ils clamé. Pour le porte-parole, Eric Folly-Ga, en dépit  des multiples démarches de l’Abb à l’endroit de l’autorité pour trouver un terrain d’entente, et l’accord de principe du ministère de la décentralisation, le Dg Armand Gansè continue de les « lapider sur les médias ». En effet, selon le porte-parole,  à la faveur d’une séance de travail conduite par le Directeur adjoint de cabinet du ministère de la décentralisation,  la Sogema, par la voix de son Directeur général adjoint a rassuré que la situation sera revue et que les bouchers peuvent poursuivre leur activité sur place. Pourtant Armand Gansè prend d’assaut les médias pour jeter de l’opprobre sur l’Association des Bouchers du Bénin, faisant croire que les bouchers s’opposent à la décision de l’autorité. Ce qui n’est pas le cas. L’Abb rassure donc de son ouverture au dialogue, réitère sa volonté de quitter son site actuel dès que les conditions seront réunies, notamment  la construction d’une boucherie moderne promise par le Chef de l’Etat. Ils invitent pour finir le président Patrice Talon, épris de paix et de justice à se saisir du dossier pour mettre fin à cet état de choses.

 

Th. A. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite