Lynchage médiatique à l’opposition contre les Fcbe : L’Usl se trompe de combat

1 725

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Pourquoi sa cible ne doit pas être Yayi)

L’opposition ne pourra plus faire bloc et former une liste unique pour les législatives. Ce souhait de nombre de Béninois est désormais une chimère. Pour situer les responsabilités, tantôt c’est Yayi qui ne veut pas faire de concession, tantôt c’est lui qui exige 18 têtes de listes sur les 24 pour  le parti Fcbe. De simples clarifications au départ pour laver l’image de l’Usl et son de son président d’honneur Sébastien Ajavon, l’opération semble virer sur le terrain d’un lynchage médiatique. Depuis peu, il ne passe de jours sans que les raisons de cette union manquée de l’opposition ne fassent l’objet de débat dans les cercles proches de l’Homme d’affaires. Mais en réalité, pensant ‘’livrer ‘’ Yayi à l’opinion, la campagne de communication risque de desservir l’Union sociale libérale. Quoiqu’on dise, Yayi Boni, c’est 10 ans d’exercice de pouvoir et de contact permanent avec le peuple. Et l’autre atout, les Forces cauris pour un Bénin émergent, c’est déjà deux élections législatives, deux présidentielles avec des scores qui parlent d’eux-mêmes. Par contre, pour sa première participation à une élection et surtout dans un contexte de réforme du système partisan, l’Usl part diminuée. Même si d’aucuns diront que son leader charismatique est arrivé troisième à la présidentielle de 2016, il est une évidence que les enjeux de la présidentielle et ceux des législatives ne sont pas les mêmes. Sébastien Ajavon se trouvant aussi loin du pays, il y a lieu de prendre en compte toutes ces données. Et au-delà des législatives, 2021, c’est à partir de maintenant. Inutile de conduire à nouveau l’opérateur économique à commettre les mêmes erreurs de 2016 qui continuent de lui pourrir la vie. Incontestablement, l’Usl, pour percer certaines régions du pays, aura forcément besoin de la clé Yayi ou Fcbe. Mais, avant il va falloir gagner d’abord le combat du retour des exilés qui, selon certains analystes, passe par l’union de l’opposition pour une majorité suffisante de députés au Parlement. Il est donc clair que les querelles de  coépouses doivent être rangées pour aller à l’essentiel.

 

Mike M.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite