Mise en œuvre des Réformes politiques, projets et programmes : Le Bénin en tête dans l’Uemoa

320

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La Commission de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) a tenu hier, lundi 04 février 2019 à Cotonou, sa quatrième revue annuelle des réformes politiques, projets et programmes communautaires de l’Uemoa. Un exercice qui a connu la présence du président de la Commission de l’Uemoa Abdallah Boureima, du ministre de l’Economie et des finances Romuald Wadagni et de ses collègues du Cadre de vie, de l’Economie numérique, des Infrastructures et transport et de l’Enseignement supérieur.

80,2% en 2018 contre 63,7% en 2017. C’est le taux de mise en œuvre au Bénin des réformes politiques, projets et programmes de l’Uemoa à l’issue de l’évaluation faite par la Commission de l’Union économique et monétaire ouest africaine. Selon le président de la Commission de l’Uemoa Abdallah Boureima, c’est un record de performance jamais égalé dans aucun autre pays de l’Union depuis l’institution de la revue en 2013. Une bonne nouvelle que le ministre béninois de l’Economie et des finances a reçue avec satisfaction tout en prenant l’engagement de mieux faire les années à venir afin de permettre au Bénin de continuer par bénéficier du soutien de l’Uemoa. Pour Romuald Wadagni, la tenue de cette revue permet de faire le point de la mise en œuvre des réformes politiques, projets et programmes, où en est le Bénin dans l’internalisation de tous ces projets et différents programmes. De ses explications, il ressort que le Bénin, étant membre de l’Union, a deux grands engagements. Il s’agit  des engagements qui sont liés aux textes, les directives prises au niveau de l’Uemoa que le Bénin se doit d’internaliser, mettre en œuvre les différents textes, règlements et directives qui visent à créer les conditions meilleures d’intégration économique. Le 2e niveau d’engagement c’est tous les projets, programmes et soutiens que le Bénin a au niveau de la commission. Il a donné pour exemple un portefeuille d’à peu près 35 milliards FCFA dont bénéficie le Bénin et qui concerne le Cadre de vie, mais également le secteur des infrastructures et transport. Il y a aussi des engagements financiers qui concernent l’enseignement supérieur. De même que certains projets et programmes qui sont soutenus par la Commission et qui permettent d’améliorer les conditions de vie des populations  et de régler les défis communautaires en matière d’infrastructures. Ce jour, la Commission de l’Uemoa, conformément à ses dispositions, rendra compte au Chef de l’Etat des résultats de l’évaluation consignés dans le mémorandum consensuel.

 

B.H

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite