Baromètre Matin Libre (du 25 au 31 Janvier 2019)

908

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

EN HAUSSE

Séverin Adjovi

L’ancien maire de Ouidah et son parti politique le Rdl-Vivotin se positionnent aux côtés des forces politiques de l’opposition. Samedi dernier, lors d’une sortie médiatique, Séverin Adjovi s’est publiquement prononcé sur la gouvernance Talon. Il a dressé en 24 points un véritable réquisitoire contre la Rupture depuis le 16 avril 2016. Ce qui a conduit son parti à faire le choix d’une opposition radicale comme celui du parti Restaurer l’espoir.

Modeste Kérékou

Il est inscrit dans le volet social du Programme d’actions du gouvernement. Le recensement national des artisans est un projet novateur qui permettra d’accroître la production du secteur artisanal. Il vise  non seulement à construire et à équiper les infrastructures d’appui au développement de l’artisanat mais aussi à renforcer les capacités techniques des artisans. Le ministre Modeste Kérékou tient là une occasion d’inscrire son nom dans l’histoire.

Mathurin Coffi Nago

On s’attendait à beaucoup de surprise dans le cadre des Législatives de 2019. Mathurin Coffi Nago vient d’en donner le top en renonçant à être candidat pour le compte de la 8e législature. Deux fois président de l’Assemblée nationale, Mathurin Coffi Nago cumule au moins quatre législatures. Quelles qu’en soient les motivations, sa décision de ne pas se représenter ouvre la voie à d’autres jeunes de la 17e circonscription électorale. Un exemple qui mérite d’être suivi.

Romuald Wadagni

10 milliards FCFA ! C’est le crédit du Fonds komeïtien pour la réalisation du programme d’accès universel à l’eau potable pour tous d’ici 2021. C’est un autre exploit du ministre des finances Romuald Wadagni. Ce crédit permettra de donner de l’eau potable aux populations de Boukoumbé, Covè et Zagnanado.

Peng Jingtao

Peng Jingtao, l’ambassadeur de la République populaire de Chine près le Bénin est amoureux de la culture béninoise. Il l’a encore démontré à l’occasion de la célébration de l’année du cochon, la fête du printemps chinois où on l’a plusieurs fois vu en tenue traditionnelle locale béninoise. Cette année la fête du printemps a aussi été célébrée dans plusieurs villes.

EN BAISSE

Marie-Odile Attanasso

Les enseignants des universités ont manifesté hier leur mécontentement par rapport aux réformes en cours. Ils ont tenu dans les locaux du ministère de l’enseignement supérieur un sit-in de protestation. Les réformes initiées par Marie-Odile Attanasso ne sont pas acceptés par les professeurs d’université qui fustigent une remise en cause des acquis.

Séfou Fagbohoun

Le président d’honneur du Mouvement africain pour la démocratie et le progrès (Madep) entretient le flou sur son appartenance politique. Engagé jusque-là aux côtés de l’opposition, les déclarations de Séfou Fagbohoun ces derniers jours manquent de clarté. On a l’impression qu’il est partagé entre la position de sa fille karamath, membre du Bloc Républicain, et l’Usl de Sébastien Ajavon.

Jean-Baptiste Satchivi

Le président de la Chambre de commerce et de d’industrie du Bénin (Ccib) Jean-Baptiste Satchivi est en fin de mandat. Son passage à la tête de la Ccib n’a pas convaincu le gouvernement au point où l’institution consulaire vient d’être placée une deuxième fois sous administration provisoire pour une transition qui opérera des réformes pour une nouvelle dynamique. Statu quo.

Boni Yayi

L’opposition politique au régime de la Rupture va en rangs dispersés aux législatives. C’est une certitude maintenant après la décision de l’Usl de constituer son Bloc. Cette réalité qui va en contradiction avec le vœu des militants est imputable à toutes les composantes de cette opposition. Mais principalement à l’ancien chef d’Etat qui, selon les confidences d’un membre de l’Usl, est revenu sur la parole donnée après la délivrance de récépissé au parti Fcbe. Statu quo.

Sébastien Ajavon

Tout comme Boni Yayi, la responsabilité de l’échec de la liste unifiée de l’opposition pour les législatives incombe également au président d’honneur de l’Usl. Des deux côtés, les égos ont repris le dessus quand chaque parti est rentré en possession de son récépissé. L’hebdomadaire satirique Le Déchaîné Du Jeudi avait prédit un tel scénario. On constate aujourd’hui que ça n’a pas raté. Statu quo.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite