26ème édition du Fespaco : Le Festival célèbre la noce d’or de ses 50 ans d’existence

213

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Le Bénin figure parmi les pays qui seront représentés)

Ouagadougou, la ville capitale du Burkina Faso sera une fois encore le carrefour de la grande célébration cinématographique. Le seul événement de la sous-région ouest africaine qui porte le 7ème art en triomphe s’annonce. Du 23 février au 02 mars 2019 le plein feu du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) s’ouvrira au pays des hommes intègres. La fête sera en double puisque cette édition coïncide avec la célébration des 50 ans d’existence de la manifestation.

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) est le plus grand festival de cinéma africain. Il se déroule tous les deux ans à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.  Et l’une de ses visions est de favoriser la diffusion de toutes les œuvres du cinéma africain. Aussi s’est-il assigné la noble mission de favoriser les contacts et les échanges entre professionnels du cinéma et de l’audiovisuel. Par ailleurs, ce festival contribue à l’essor, au développement et à la sauvegarde du cinéma africain, en tant que moyen d’expression, d’éducation et de conscientisation. Aujourd’hui, cela fait 50 bonnes années de parcours fait d’embuches et de succès que l’initiative traverse. Au palmarès, 2140 films représentés, 160 prix décernés et 25 éditions régulièrement tenues, depuis la création de cet événement qui a reçu la grâce de son institutionnalisation en 1972. Le dernier Etalon d’or de Yennenga en date est Alain Gomis avec son film ‘’Félicité’’.

Qui sera le prochain heureux sur l’étalon des 50ans ?

Peut-être le Bénin qui, déjà pour l’édition passée, s’est fait représenter valablement avec le cinéaste Sylvestre Amoussou qui a réussi à s’adjuger l’étalon d’argent et le prix spécial de l’Assemblée nationale du Burkina Faso. C’était un signe annonciateur avec son film ‘’L’orage Africian’’. Pour le compte de cette édition-ci, le Bénin n’a pas pu se faire retenir dans les catégories films documentaire (court et long métrage), ni dans la catégorie des films fiction (court et long métrage), encore moins dans la catégorie des films d’animation et série télévisée. Mais pour ce qui concerne les films d’école de cinéma, le Bénin est bien représenté par l’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel (Isma). A cette 26ème édition qui accueille une vingtaine de pays à savoir : Le Kénya, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Ghana, l’Egypte, la Tanzanie, le Mozambique, le Maroc, le Soudan, la Tunisie, le Burkina Faso, le Sénégal, le Mali, le Togo, l’Afrique du sud, le Rwanda, la Réunion, l’Algérie, le Nigéria, le Bénin y sera également avec le film intitulé ‘’Incompris’’ de l’étudiant Jaurès Koukpémèdji et le film ‘’Yê’’ (ressentiment) de Roméo Dah-Fonton.  Placée sous le thème « Confronter notre mémoire et forger l’avenir d’un cinéma africain et dans son essence, son économie et sa diversité », cette 26ème édition du Fespaco, selon son délégué général, Ardiouma Soma, sera une véritable opportunité pour faire un flash-back sur les classiques du cinéma d’Afrique.

 

Teddy GANDIGBE       

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite