Les Echos du Septentrion (23 Janvier 2019)

690

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

OUAKE

Revue à la baisse du budget primitif gestion 2019 de la commune

Le budget primitif de la commune de Ouaké s’élève désormais à 951.118.843 Francs CFA dont 149.398.045 FCFA de fonctionnement et 801.720.798 FCFA d’investissement. Le budget a été revu à la baisse pour un montant de 46.271.273 Francs CFA, suite au rejet par l’autorité de tutelle de celui initial voté en Novembre 2018 et qui était de 997.390.116 Francs CFA pour rester conforme à la lettre de cadrage exigée par le ministère de la décentralisation. Une lettre de cadrage qui tient compte des réalisations des trois dernières années.

Pour faire face aux besoins de la commune, plusieurs mesures ont été aussi prises. Il s’agit  entre autres de l’affermage du marché international de Kassoua, l’identification des carrières de sable en vue d’éventuels avis d’imposition.

Au niveau des divers, le maire de Ouaké Mathurin Tomtokoum a informé les conseillers des démarches déjà entreprises à l’endroit des autorités douanières pour éviter les tracasseries aux usagers du marché de Kassoua à la frontière bénino-togolaise.

 

DJOUGOU

Des matériels et équipements offerts à plusieurs groupements de femmes et de jeunes

12 millions environs. C’est le montant de ces dons, composés des équipements et matériels de transformation et de maraîchage offerts aux seize (16) groupements de femmes et de jeunes des communes de Djougou et Ouaké mercredi dernier  en présence des autorités politico-administratives, des responsables d’ONG et des partenaires techniques et financiers.

Ces dons, s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du partenariat contre le trafic, l’exploitation des enfants et les violences faites aux filles et aux femmes au Bénin (PACTE). Un geste cofinancé par l’Union européenne et CARE International et exécuté par plusieurs Organisations non-gouvernementales (ONG) dont PIED et CIPCRE-Bénin.

L’objectif du projet PACTE est de contribuer à l’éradication de l’exploitation des enfants et des violences envers les enfants et les femmes dans huit (08) communes d’intervention dudit projet à savoir Karimama, Malanville, Kalalé, Nikki, Djougou, Ouaké, Pobè et Kétou, a précisé la directrice de Care internationale Bénin-Togo, Joyce SEPENOO.

Les maires Abischaï A. Akpalla de Djougou et Maturin Tomtonkoum de Ouaké ont remercié les donateurs pour le geste.

  • Don de plus d’un million de francs CFA pour la réalisation d’un ouvrage de franchissement

Le Président de l’Association de la diaspora du 2ème arrondissement de Djougou, Issa Kassimou Rafiou a offert  lundi dernier une somme de 1 million 200 mille francs CFA à la mairie de Djougou pour la réalisation d’un ouvrage de franchissement au profit de Angaradébou, un quartier du 2ème arrondissement de la ville de Djougou. C’était dans les locaux de l’hôtel de ville, en présence du maire Abischaï Abraham Akpalla, de Ismaël Traoré, chef d’arrondissement II, du directeur technique de la mairie, Malick Adjaro.

Selon Issa Kassimou Rafiou, président de ladite association, ce don traduit la volonté manifeste des fils et filles de Djougou vivant en Europe de venir en aide à leur localité.

Le maire Abischaï Abraham Akpalla, tout en saluant le geste, a également souligné que cela   vient s’ajouter aux actes personnels déjà posés par le trésorier général de cette association à travers les dons de carrefours au profit des arrondissements de la ville.

Le maire a rassuré le donateur de ce que l’ouvrage sera réalisé dans les règles de l’art sous la supervision de la mairie.

KANDI

 »Le programme maternité désirée » vulgarisé

 

Une rencontre d’échanges dénommée atelier découverte sur le programme « maternité désirée ». C’est le village de Bakata, dans l’arrondissement de Kandi1, qui a abrité cette activité qui est une initiative des responsables de l’organisation non gouvernementale Potal Men, en collaboration avec la mairie de Kandi, avec l’appui financier de la coopération Suisse.

Razack Bako le secrétaire général du département de l’Alibori, a signalé que ce programme va faciliter et renforcer le dialogue dans le couple. Car, martèle-t-il ce programme est la bienvenue dans le département parce que la planification familiale ou l’espacement des naissances y est aujourd’hui une impérieuse nécessité pour le développement. « Le constat est parfois amer lorsque vous vous rendez dans nos villages et hameaux où vous constatez avec regret des femmes ou des couples qui font assez d’enfants dont la gestion devient un sérieux problème, et qui ont pour conséquences beaucoup de cas sociaux au nombre desquels des délinquants », a-t-il poursuivi.

Des communications sur la nouvelle approche naturelle, scientifique et éducative pour la régulation des naissances, les enjeux et défis, résultats obtenus dans sa mise en œuvre dans les départements du Borgou -Alibori et une concertation restreinte entre les autorités, têtes couronnées leaders religieux ou d’opinion ont été les autres temps forts de cette rencontre de sensibilisation.

PARAKOU

La protection des enfants dans une approche intégrée préoccupe

 

Lecture, quatre communications, amendement et adoption du rapport de la première session, la lecture, amendement et validation du Plan de travail annuel de l’année 2019, la présentation de la synthèse des activités menées par les participants dans le cadre de la protection de l’enfant et des difficultés éventuelles et enfin des préoccupations diverses. Tels étaient les points inscrits à l’agenda de la deuxième session ordinaire au titre de l’année 2018, tenue par les membres de la coordination départementale de protection de l’enfant (Cdpe), jeudi dernier, dans la salle de conférence de la préfecture de Parakou, sous la houlette de M. Eugène Agboton, représentant du préfet du Borgou.

Pour  M. Suanon Bakourégui, directeur départemental des affaires sociales et de la microfinance, il s’agit de faire en sorte qu’à l’horizon 2020, les enfants du Bénin vivent dans un cadre familial, communautaire et institutionnel exempt de toutes formes de violences, abus et exploitation à leur égard et, où tous les acteurs sont mobilisés et participent à leur protection dans une approche intégrée.

  • Découverte d’un bébé mort jeté

Un enfant emballé dans un sachet puis dans un sac a été retrouvé sans vie. C’est la découverte macabre faite par les habitants du quartier Guéma dans le troisième arrondissement de Parakou. C’est l’odeur nauséabonde du corps du bébé en putréfaction qui aurait attiré l’attention des riverains de la place Idi située à côté du centre des loisirs dudit quartier. L’auteur de cet acte ignoble n’est pas identifié pour le moment, mais les enquêtes sont en cours, par les éléments de la police républicaine pour le mettre hors d’état de nuire.

KOUANDE

Mise en service de plusieurs centrales photovoltaïques

 

Il a été procédé le lundi 21 Janvier 2019, à la mise en service de plusieurs centrales photovoltaïques dans la commune de Kouandé. Ces centrales photovoltaïques, permettront d’alimenter des centres de santé et collèges en énergie solaire. C’est le résultat de la collaboration entre la mairie de Kouandé, l’Ong Sompekids et la Fondation Edf. Ce résultat est à mettre à l’actif du maire Moussa Abassi de Kouandé qui a conduit le partenariat jusqu’à sa concrétisation et les anciens maires Idrissou Daba et Georges Bouko qui en ont été les précurseurs. Il n’a ménagé aucun effort pour remplir les formalités administratives indispensables à la réalisation du projet. Ce qui traduit son souci pour le mieux-être de ses populations.

 

Réalisation : Albérique HOUNDJO (Br Borgou-Alibori)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite