Baromètre Matin Libre (du 11 au 17 Janvier 2019)

653

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

EN HAUSSE

Boni Yayi

L’ancien président continue de drainer du monde sur son passage. Il était l’attraction des populations d’Azovè et de Djakotomey, vendredi 11 janvier dernier, alors qu’il était allé présenter ses condoléances à son ancien ministre Raphaël Edou qui a perdu sa mère. De retour du Couffo, il a reçu samedi à Cotonou les femmes Fcbe venues lui présenter leurs vœux de nouvel an. Mercredi dernier, il était encore très en vue   à Vidolé à Cotonou. Hier encore c’était un monde fou qui l’a accueilli à Atokolibè au domicile de Komi Koutché.

Emmanuel Zossou

C’était l’apothéose, samedi 12 janvier dernier, dernier jour de la célébration du 3ème Festival International de Porto-Novo. Plus 1200 masques et divinités du Bénin et du Nigéria ont paradé sous les yeux du président de la République qui a fait personnellement le déplacement. Mention bien pour le Conseil municipal de Porto-Novo présidé par le Maire Emmanuel Zossou.

Kiyofumi Konishi

Dans le cadre de la coopération bilatérale entre le Bénin et le Japon, le pays du Soleil levant est venu, une fois encore, en aide au Bénin. Il s’agit d’une assistance alimentaire de 5379 tonnes de riz. Ce don a été officiellement remis aux autorités béninoises le vendredi 11 janvier 2019 au Port autonome de Cotonou.

Dada Kêfa Sagbadjou Glèlè

Un petit-fils direct du roi Glèlè siège désormais sur le trône de Danxomè. Dada Kêfa Sagbadjou Glélé, a été intronisé sur le trône des « Houégbadjavi », samedi 12 janvier dernier. Il succède ainsi au roi Dédjanagni Agboli-Agbo décédé le 02 juillet 2018.

Sévérine Lawson

Annoncée à grands renforts médiatiques, Sévérine Lawson tient en haleine la Criet depuis quelques jours, dribblant les questions pièges, reconnaissant l’opportunité et la pertinence de l’intervention de l’Etat dans ce dossier, contrairement à l’opinion des juges.

- Advertisement -

class="bs-shortcode bs-text bscb-27246 bsb-have-heading-color">

EN BAISSE

Salimane Karimou

Encore un rétropédalage. Après moult tergiversations, le ministre des Enseignements maternel et primaire autorise à nouveau les souscriptions dans les écoles publiques. Cette décision avait été décriée en son temps compte tenu du manque criard d’enseignants. Mais la Rupture avait foncé extrapolant la source même du problème. Ce revirement est une démission qui met en cause la gratuité tant prônée.

Kakpo Mahougnon

Le boycott massif de l’évaluation intellectuelle des enseignants du secondaire est un désaveu cinglant pour le ministre Kakpo Mahugnon. En convaincant la plupart des Secrétaires généraux de la pertinence de cette évaluation, il pensait  réussir là où son homologue des Enseignements maternel et primaire a échoué. Mais la base n’a pas suivi. Un échec de plus qui doit interpeller le chef de l’Etat.

Marie Odile Attanasso

Restée indifférente aux dénonciations faites et portant sur une attribution fantaisiste des notes et des rachats exagérés lors de la correction de l’examen national de Licence, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Marie-Odile Attanasso a raté une occasion d’agir pour crédibiliser la réforme. Elle est, par ailleurs, attendue sur l’examen national de Master dont la correction a démarré mercredi.

Candide Azannaï

Ses propos contre Sébastien Ajavon sont d’une extrême violence. Ils ne militent pas en faveur de l’unification tant souhaitée de l’Opposition. Mais pour qui connait l’homme, sait que c’est dans de telle situation qu’il tire son épingle du jeu. Seulement, cette même recette pourra-t-elle prospérer cette fois-ci ?

Grégoire Ahizimè

Son passage a laissé la Cour dans un imbroglio total. Grégoire Ahizimè avait déclaré  que 3 millions avaient été versés à Zéphirin Kakpo pour le compte du cabinet Sixty dans le cadre de l’élaboration du dossier d’agrément de Icc-Service. Mais le Directeur du cabinet dit n’avoir jamais reçu cette somme. Face à ces propos contradictoires, l’un des avocats a voulu savoir ce qu’il faut finalement retenir par rapport au sort des 3 millions FCFA. A cette question, Grégoire Ahizimè, visiblement confus, laisse libre choix à la Cour.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite