3ème édition du festival ‘’Zinli Wéfo’’ : Mathias Ganhounouto et les siens dans le feu de l’action

430

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Les danseurs moulés dans la fièvre des festivités)

Le rythme ‘’Zinli’’ d’Abomey est au cœur d’un festival dénommé ‘’Zinli Wéfo’’ dont les activités se déroulent depuis mercredi 16 janvier 2019. Soutenue par le ministère du tourisme, de la culture et des sports à travers la direction du Fonds des arts et de la culture, cette initiative est de Mathias Ganhounouto. 

Le festival Zinli Wéfo ouvre son troisième rideau à Cotonou du 16 au 20 janvier 2019. Initié par le danseur professionnel Mathias Ganhounouto alias ‘’Mathi Vodoun’’, ce projet favorise non seulement la promotion des talents en matière de la danse traditionnelle, mais promeut, par ailleurs, le rythme royal Zinli d’Abomey. A en croire le promoteur du projet, cette édition sera assise sur des empruntes particulières de transformation et de retouche au niveau de la manière d’exécuter ce rythme. Pour y parvenir, Mathias s’est fait assister par ses pairs Clément Kakpo et Léon Hounyè dit ‘’Sakpata Zogbo’’, eux aussi de fins danseurs professionnels, pour transférer le gène du savoir-faire aux jeunes danseurs.    A cet effet, l’atelier de danse organisé, mercredi 16 janvier 2019, à l’espace ‘’Multicorps’’ a servi d’occasion pour remuer le sac des techniques de pas de danse, d’harmonie corporel et des stratégies d’attraction pour une formelle remise à niveau des acteurs qui vont animer la grande scène de la restitution. Cette manifestation qui marquera d’un sceau particulier ledit festival,  se déroulera sur l’esplanade intérieure du stade de l’amitié Général Mathieu Kérékou.  « Pour le compte de cette édition, le public qui va effectuer le déplacement assistera à des démonstrations qui ne diront pas leur nom. Nous allons aligner trois des vases en terre cuite qui donnent de la base au rythme puis l’exécution sera dans les règles de l’art comme jamais cela n’a été dans l’histoire de la danse au Bénin », indique Mathias Ganhounouto pour signaler l’éclatante couleur que prendra la célébration. Selon lui, ce patrimoine du Bénin est une richesse incommensurable qu’il faudra nécessairement mettre en valeur en vue de permettre à la destination Bénin de retrouver ses lettres de noblesses.

 

Teddy GANDIGBE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite