Taxe sport instaurée par le gouvernement béninois : Les éclaircissements de Roch Séro Bété

273

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La taxe sport. C’est le mécanisme trouvé par le gouvernement de Patrice Talon pour booster le sport au Bénin. Dans une interview qu’il nous a accordée,  Roch Séro Bété, président de la Fédération béninoise de tchoukball et expert-comptable donne plus d’éclaircissement sur la taxe sport. Lisez-plutôt !!!

 

La taxe sport…de quoi s’agit-il exactement ?

Le gouvernement béninois a décidé au titre de la LF 2019, de créer une taxe sur le CA en vue de booster le sport. Il s’agira donc pour les entreprises de contribuer au développement du sport au travers de cette taxe, qu’elles verseront dans le compte du Trésor et qui sera ensuite réaffectée par l’Etat béninois, d’après les modalités qui seront définies par la loi. Cette taxe est de 1 pour 1000 du CA HT de l’exercice précédent.

 

Comment sera prélevée cette taxe ? 

Cette taxe sera calculée pour l’année N sur le chiffre d’affaires HT de l’année N-1. C’est-à-dire qu’en 2019, cette taxe sera égale à 1 pour mille du CA de 2018. Comme tous les autres Impôts, il est déclaratif. C’est-à-dire, que ce sont les contribuables (entreprises et sociétés individuelles) qui feront cette déclaration par eux-mêmes.

 

Quelles sont les disciplines concernées et comment se fera le financement ?

Il s’agit essentiellement de quatre disciplines : le football, le handball, le basketball et l’athlétisme. C’est un début. Mais l’approche me semble un peu discriminatoire, et je vous explique pourquoi. Le choix est d’abord judicieux. Car, ce sont les disciplines les plus pratiquées. Mais quand on prend un pays comme le Bénin, il y a des individualités remarquables dans le domaine du sport, des athlètes, des clubs, des Fédérations, qui avec peu de moyens réussissent à décrocher des médailles pour le pays. Si en plus de ces quatre disciplines retenues, il peut y avoir une partie de ces ressources réservées pour primer les athlètes, clubs ou Fédérations qui ont pu décrocher une médaille en or, ce serait à mon sens, un équilibrage judicieux comme pour dire : « On a choisi de booster ces quatre disciplines, mais nous n’oublions pas les plus méritants ! »

Qu’est-ce que les entreprises gagnent en retour ?

Cette taxe n’entraîne pas de facto, un retour pour les entreprises. Cependant, étant donné que dans la vision du Chef de l’Etat « Chaque entreprise privée ou publique doit disposer d’un club de sport », « Les entreprises qui vont investir dans le sport bénéficieront d’allègements fiscaux. Ces allègements concernent exclusivement l’investissement qu’elles feront dans les clubs sportifs créés », selon le Président Patrice Talon.

Quels sont les résultats attendus ?

« Dans les 2 à 4 ans à venir, le Bénin fera parler de lui dans le domaine du sport ». Tels sont les mots du chef de l’Etat, Patrice Talon, lors de sa rencontre avec les entreprises publiques et privées. L’objectif est clairement affiché. C’est le rayonnement du Bénin au niveau international dans le domaine du sport. Et nous ne pouvons que louer cette ambition. « L’objectif poursuivi par l’exécutif, c’est de faire de ces athlètes, des sportifs de haut niveau très compétitifs, capables de décrocher des médailles et des Coupes pour le Bénin dans les compétitions africaines et mondiales». Conscient de la part importante que prend le financement dans le développement du sport dans un pays, le gouvernement du Président Patrice Talon, mène une politique volontariste pour atteindre ce but. Nous ne pouvons que le féliciter.

Les acteurs sportifs ont-ils des doléances ?

Pour permettre aux acteurs sportifs de voir leurs efforts couronnés de succès, il faut que le gouvernement béninois poursuive sa politique d’assainissement du milieu sportif : encadrements, obligations, lois etc…Il faut aussi que les ressources mobilisées soient redistribuées dans les règles de l’art, pour que ne se créent pas à nouveau des mafias autour des ressources. Il faut que, même dans les Fédérations, l’usage à faire des ressources permettent qu’en dernier ressort, les athlètes soient clairement pris en compte. Moi, j’ai une doléance particulière au sujet de cette taxe. C’est la prise en compte des champions et médaillés de la République.

 

Interview : Africa 24

Transcription : Matin Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite