La loupe : Koupaki pour montrer la bonne foi ?

457

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Hier au siège de la Criet à Porto-Novo, un grand procès a démarré et ouvert au public, surtout à travers plusieurs chaînes de radio. Dire que c’est le procès du siècle n’est pas de l’exagération. L’une des premières personnes écoutées était curieusement, et à la surprise de tous l’actuel ministre du gouvernement, Pascal Irénée Koupaki dont je ne me rappelle franchement du poste.

Logiquement, l’étonnement ne devrait pas se justifier, si tant est que nous aspirons à un état de droit et à la norme. Dans tous les pays normaux c’est ordinaire que pour des affaires pour lesquelles la justice a besoin d’elles de hautes personnalités soient écoutées. C’est même banal.

Qu’il ne soit donc pas dit que l’actuel régime a innové en cette matière. Ce que le pays entier attend n’est pas cet effet du show, ni la frime. Les commis à la propagande s’étalent déjà sur la toile pour dire que le ministre était exceptionnel, que son exposé était irréprochable comme s’ils étaient des juges. C’est même comme si tout ça était un accompagnement commandé pour disculper quelqu’un.

 Les béninois ont besoin de toute la vérité. Toutes les personnalités mêlées de près ou de loin doivent passer à la barre, à tour de rôle, pour dire leur vérité des faits. Nul ne doit être intimidé ou subir une pression quelconque. Ce procès, s’il est bâclé, on aurait fait du tort à des milliers de familles. Beaucoup de morts, de maladies, d’accidents cérébraux vasculaires.

Et surtout la destruction du commerce voire de l’économie nationale entière.

Le tissu social avait reçu un grand coup. Même les mœurs ont pris un coup car l’argent facile comme pour l’arnaque avait pris le dessus sur tout. La dépravation avait suivi.

Par exemple l’ancien ministre de l’intérieur sous Boni Yayi,  Armand Zizindohoué doit faire ses révélations. Le temps de la théorie vague et vaine est révolu.

Les responsables de l’église du christianisme céleste qui roulent carrosse et qui ne sont pas inquiétés doivent répondre de leur forfait. Eux et toutes les ramifications possibles. Ramifications de tous genres. Des plus petits aux plus grands.

Pour tous ces torts énormes, et pour la justice et l’équité il faut aller plus loin

Dine ABDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite