Invité sur Spécial Café Médias : Charles Toko expose les retombées de la FIP

521

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Délocalisé  à Parakou,  Café  Médias a  reçu, pour le  compte de  son numéro  spécial Foire internationale  de Parakou, le maire Charles Toko. Durant  les  deux heures  qu’a duré la causerie, le  maire Charles  Toko,  sans langue  de  bois, a abordé  les questions  relatives à  sa  gestion notamment  les  réformes engagées depuis  son élection avec en toile de fond, l’organisation  de  la foire  internationale  de Parakou.  Le maire Charles Toko a exposé sa vision  de  la décentralisation avant  de  lever un  coin  de voile  sur  sa carrière politique. Répondant  aux questions  de  Hervé Prudence Hessou, VenanceTonongbé, animateurs  de la causerie et leurs  confrères de  la  presse locale, le  maire Charles Toko  s’est  ouvert aux  populations. La  Foire internationale de Parakou est une  initiative pour  promouvoir le  Made in Bénin La  Foire internationale  de  Parakou, l’une  des actions fortes de ces deux premières années  de gestion est selon son  initiateur une grande opportunité  offerte aux  artisans,  innovateurs, entrepreneurs  et autres  Béninois de faire connaître le savoir-faire du  229.  Pour l’édition  2018, le  maire  estime que  l’objectif  en terme  de participation  est largement atteint.  Même si  la mairie  pour ces  premières  éditions n’a pas  vocation à réaliser  des bénéfices, alors  qu’on est  à  des semaines  de  la fin,  la  foire a déjà  permis  à la  mairie  d’acquérir un  transformateur  d’une valeur  de  7 millions  alors que  sa contribution  pour  l’organisation   de l’évènement  n’a  été que  de  5 millions. Abordant la question relative à sa carrière  politique, Charles Toko  membre influent du parti  Bloc Républicain n’est pas candidat aux prochaines élections législatives. «  Je ne veux  pas  être député,  je  ne serai  pas  candidat », a-t-il  affirmé  sur le  sujet.  Pour lui, c’est déjà une  grâce que de se  retrouver à la tête du  conseil municipal de  Parakou. S’il pense que tout le monde peut être  élu député,  Président ou  nommé  ministre, il  précise  que tout  le monde ne devait pas  être choisi pour conduire  les  destinées des communes, car selon lui,  ce  sont les élus locaux,  les conseillers communaux  ou  municipaux et  les  maires qui  ont  en charge  le  développement de nos  communes. C’est pourquoi,  partageant sa vision sur  la décentralisation,  il a  souhaité  qu’il est nécessaire de redéfinir le  profil de  ceux  qui auront  à  conduire le développement des communes  et  municipalités du  Bénin, notamment les maires. S’il  y a  quelque  chose sur laquelle tous visiteurs  ou  résidents de Parakou peuvent s’accorder, c’est  le  changement remarquable  opéré  dans la ville. Non  seulement  Parakou offre une  très  belle image avec  l’achèvement des  travaux de  la  traversée et  du  contournement,  la réorganisation de la  gestion des ordures,  la  discipline imposée aux  conducteurs  gros porteurs et certaines décisions  courageuses  comme le  déplacement  de  la gare routière  du  centre -ville,  la lutte  implacable  contre la  divagation  des animaux font  de  cette ville  l’une  des mieux  gérées aujourd’hui  au Bénin.  A  la question  de  savoir quel  est  son secret,  le  maire a dit que  c’est  le travail,  le travail  d’une équipe  de  cadres compétents  qui  savent désormais  ce  qu’ils ont  à  faire.   Sur  les  réformes, on peut retenir qu’elles  sont nombreuses  et   visent pour  la  plupart à  renforcer  l’efficacité de  l’administration municipale et  surtout  à la  mobilisation  des ressources  propres  de la commune de  sorte à rendre à la commune de  Parakou son  autonomie  financière. Au  nombre de ces  réformes, il  a  évoqué celle de l’horaire  de  travail. Aujourd’hui et ceci  depuis deux ans,  l’administration  municipale tourne à  plein  régime à  Parakou  de 7 heures à 20 heures  les jours  ouvrables  et  de 7 heures  à 13  heures les samedis.  Dans  la cité  des  Koburus, les  animaux  qui autrefois   discutaient  les voies  avec les usagers  de la  route  sont désormais  abattus systématiquement.  Pour Charles Toko, c’est  de la  vie  des hommes  qu’il est question dans  une ville  qui  aspire être  comptée  parmi les  plus  grandes. Au  niveau  du foncier, la  réforme a  consisté à  définir les  limites réelles de  la  ville et lancé un  assainissement au  niveau  des lotissements  en  cours d’exécution. L’ auto gare  a  été déplacé,  la  mairie a  pris  contrôle de  la  gestion des  marchés   et d’ici là, a-t-il  précisé, Parakou  pourra aussi  compter sur  le  tourisme pour  asseoir  son développement  économique. Pour  cette  raison, une direction du  tourisme  est créée en attendant  la mise en service de l’aéroport de Tourou et  la construction  d’un  centre international de  conférences. Il  reconnait que ces  administrés ne  comprennent  pas toujours  ses  choix d’où  son impopularité  qu’il assume pleinement. Pour  le reste,  on  retiendra que  dans  les jours  à venir,  il sera procédé  à  la création  d’une  structure pour  organiser les  prochaines  éditions de la foire internationale de Parakou.  Le  site déjà  sera  animé à plein temps  par  l’organisation  de mini-foires,  la  location pour  des  évènements grand-public .  Même s’il croire à l’intégration , l’invité  de  Café Médias  dans  son mot  de  fin a  exhorté  ses compatriotes  à consommer  béninois. C’est la seule façon de booster l’économie locale.

 

Albérique HOUNDJO (Br Borgou-Alibori)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite