Interpellation de Komi Koutché : Les Fcbe condamnent et exigent sa libération

617

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La Police espagnole des airs et des frontières à Madrid a procédé, dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 décembre 2018, à l’interpellation de Komi Koutché, 2e secrétaire exécutif national adjoint du parti Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), ancien ministre d’État chargé de l’Economie, des finances et des programmes de dénationalisation, sous le régime Yayi. Les membres de son parti l’ont annoncé hier dimanche 16 décembre 2018, lors d’un point de presse tenu au siège du parti à Cotonou.

Komi Koutché n’est plus libre de ses  mouvements. C’est ce qu’a annoncé le porte-parole des Fcbe, Nouréni Atchadé, soutenu par les ténors du parti. En effet, alors que la date de sa convocation devant la Cour spéciale de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) dans le dossier du Fonds national de la micro finance (Fnm) prévue pour le 18 décembre 2018 n’est pas encore échue, l’ancien argentier national sous le régime Yayi, a été interpelé par La Police espagnole des airs et des frontières à Madrid.

Les faits

 

Selon les explications du conférencier, l’arrestation de Komi Koutché fait Suite à un audit commandité par le gouvernement béninois, sur la gestion du Fonds national de micro finance, allant de 2013 à 2016, période au cours  de laquelle Komi Koutché n’y était plus directeur général et où le procureur de la République près le Tribunal de première instance  de première classe de Cotonou, avait décerné un mandat d’arrêt à son encontre. A la suite de ce mandat, clarifie-t-il,  l’intéressé s’est présenté de lui-même au juge d’instruction du premier cabinet le 6 avril 2018. Après audition, le juge n’ayant pas trouvé de charges suffisantes contre lui, a pris une ordonnance d’annulation du mandat décerné précédemment. Le procureur n’étant certainement pas du même avis que le juge, a interjeté appel. Et pour le porte-parole, le gouvernement Talon, n’ayant pas eu gain de cause dans son désir d’abattre un adversaire politique de taille, s’est empressé de monter de toute pièce, une affaire de vol de plus de 800 millions de Fcfa, au domicile de l’intéressé, à Gouka, ce qui à l’en croire, n’est pas vrai, puisque Komi Koutché n’a pas de maison à Gouka, mais plutôt à Atokolibé, commune de Bantè et le vrai montant, objet du vol était de 95 millions, frais de campagne des coordinations Fcbe du département des Collines. Un dossier qui est connu et vidé par le tribunal de Savalou. La demande d’autorisation de poursuite ayant échoué à l’Assemblée nationale, le gouvernement a donc fait enrôler le dossier Fnm par la Criet et  une convocation de comparution a été adressée à Komi Koutché pour le 18 décembre 2018. Contre toute attente et  alors que la date de la convocation n’est pas encore échue, il a été arrêté dans la nuit du vendredi à samedi, par la Police espagnole des airs et des frontières à Madrid. Face à une telle situation, le parti Fcbe dénonce le caractère arbitraire et frauduleux d’un « supposé » mandat d’arrêt international délivré par le Bénin, et inconnu des avocats de l’intéressé. Les Fcbe condamnent  l’injustice répétitive dont sont victimes les dirigeants du parti tendant à les priver de leur droit civique et politique, exigent la libération immédiate et sans condition de Komi Koutché et le respect de ses droits, réaffirment leur soutien indéfectible à Komi Koutché et le rassurent de leur détermination à l’accompagner dans cette nouvelle épreuve qu’il traverse. Les Fcbe rendent par ailleurs responsable le gouvernement de Patrice Talon des déconvenues qui découleraient du non respect des droits de l’intéressé et du non respect de son intégrité physique et moral. Ils invitent pour finir leurs militants au calme et à la sérénité.

 

Thomas AZANMASSO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite