Commune de Klouékanmey : Un lion errant, la population panique…

581

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

D’après l’information relayée par l’Agence Bénin presse, un lion serait en divagation depuis près de trois semaines dans les villages de l’arrondissement de Lanta dans la commune de Klouékanmey. Le félin aurait été aperçu trois fois par les populations. Paniquées, elles ont alerté les autorités locales. « Selon les informations fournies par le capitaine Tchenga S. Jean, chef cantonnement forestier d’Aplahoué, le lion a été aperçu pour la première fois dans le village d’Agossouhoué le 23 novembre 2018. Informées de la situation, les autorités ont envoyé sur le terrain une équipe mixte composée des forestiers et des forces de sécurité publique pour faire le constat.Les recherches effectuées sur la base des indices n’ont pas donné de résultats positifs, car l’équipe n’a repéré aucune trace de crottes et empreintes de l’animal » relate un média. Selon le chef cantonnement forestier, « le lion aurait quitté le département du Zou, car il avait été déjà aperçu là-bas il y a quelques jours».Après sa première apparition dans le village d’Agossouhoué, le lion a fait une nouvelle sortie dans la cour du centre de santé de Lanta. Il a été aperçu par une sage femme, mais avant l’arrivée des forestiers, il a pris la clé des champs. Toujours dans sa divagation, le même lion a été retrouvé dans la brousse du village de Tokanmè-Montou par « une fillette qui allait faire ses besoins ». Là encore, il n’a pas été appréhendé et a disparu à nouveau. Face au fait, la mission sécuritaire déployée sur les lieux  a invité les populations  à faire attention aux déplacements nocturnes, à ne pas s’attaquer à l’animal, car celui ci pourrait devenir très agressif s’il recevait une blessure. « Mais au delà de cette sensibilisation, l’autorité préfectorale a pris la mesure de la situation. En se référant à l’article 40 de la loi 2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin a instruit les structures compétentes à abattre l’animal. Cette décision s’inscrit dans la logique de protéger les populations qui sont désormais menacées par la présence de ce lion solitaire » précise le même média.

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite