Le Bulletin de notes du Gouvernement (01.12.18)

7 241

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Adidjatou Mathys, Mtfp : 11/20

Malgré les multiples réformes engagées pour la modernisation de l’administration publique, les travailleurs n’ont pas le cœur à l’ouvrage. Les dernières lois votées portant retrait du droit de grève à certains et celle sur l’embauche qui rend ces travailleurs simples agents de l’État et non plus Agents permanents de l’État (Ape), avec la menace permanente de  radiation et leur remplacement par des collaborateurs extérieurs sont autant d’actes qui noircissent les réalisations de la ministre du travail et de la fonction publique. Très active sur le terrain politique avec la bénédiction du chef de l’État,  Adidjatou Mathys a fait l’actualité ces derniers jours avec la réunion que le chef du gouvernement, Patrice Talon a eue avec des cadres de la 19eme circonscription électorale suite au retrait du Parti du renouveau démocratique (Prd) du Bloc républicain en construction pour affronter les législatives de 2019 pour le compte de la majorité au pouvoir.

Oswald Homeky, Mtcs : 11/20

Quoique le département sport ne se résume pas au football, la dernière défaite des Écureuils en terre gambienne a été très mal accueillie par le public sportif béninois. Ceci a d’ailleurs déteint sur les performances de  Oswald Homeky qui normalement devrait se rattraper sur un autre terrain: le Fitheb. Mais, ici encore, l’organisation n’a pas été à la hauteur des attentes. La soirée de gala de récompense des acteurs sportifs en compagnie des stars africaines du football est par contre un point positif.

Aurélie Adam Soulé Zoumarou : 11/20

Deux   actes   majeurs   sont   à   son   actif   cette   semaine: la   tenue   de   la   Semaine   du numérique (Senum), celle du forum international ‘’Afrotech’’ et l’état des lieux de la mise en œuvre de la Tnt. Pourtant, l’accessibilité de l’internet à tous au Bénin, et la réduction des coûts restent un  vœu.

Benjamin Hounkpatin : 09/20

Tout est à l’étape de projet chez le jeune ministre de la santé qui a présenté récemment le budget 2019 de son ministère s’élevant à plus de 63 milliards de F Cfa. Même avec sa réforme controversée de l’exercice en clientèle privée et l’équipement du Cnhu en matériels, la baisse des coûts sanitaires et l’amélioration des soins de santé ne sont pas encore une réalité.

Modeste Kérékou : 10/20

Le ministre en charge des petites et moyennes entreprises et de la promotion de l’emploi a une nouvelle vision de l’entrepreneuriat. Modeste Kérékou est convaincu que les jeunes doivent aller à l’école de l’auto-emploi plutôt que de courir derrière la fonction publique. En cela, il promet l’appui de son département ministériel à tous les jeunes qui ont élaboré un bon projet et qui ont besoin juste d’un coup de mains pour se lancer.

Jean-Claude Houssou, Ministre de l’énergie : 12/20

Des efforts se font dans le secteur de l’énergie avec  le ministre de l’énergie, Jean-Claude Houssou. De Maria Gléta à la Ceb au Togo avec un détour au programme Mca Bénin II, les choses bougent dans le bon sens pour accroître la production énergétique au profit du consommateur. Il va falloir se battre davantage pour sa disponibilité à moindre coût, et ceci partout, sur toute l’étendue du territoire national étant donné que le délestage semble être de retour ces derniers jours.

Salimane Karimou, Memp : 8/20

Face à l’incapacité du gouvernement de régler promptement les problèmes de manque criard d’enseignants, de salles de classe et d’immobiliers dans le sous-secteur, le ministre des enseignements maternel et primaire (memp), Salimane Karimou n’a trouvé d’échappatoire que de mettre en garde, dans un communiqué, des chefs d’établissements contre la perception de supposés faux frais dans les écoles. À l’instar des cantines scolaires appréciées dans l’ensemble et qui doivent connaître une extension, il y a mieux à faire dans les maternelles et écoles primaires publiques au Bénin pour soulager les écoliers, leurs parents et les enseignants.

Mahougnon Kakpo, Mestfp : 7/20

Manque criard d’enseignants dans le secondaire,  des vacataires sans salaires depuis trois mois, boycott des devoirs par les enseignants laissant élèves et parents dans le stress après une rentrée qu’on dit avoir préparé sur fond de communication tapageuse. Trois arrêtés pris et rapportés. En dépit de ces problèmes dans son département, le  ministre   de l’enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle, Mahougnon Kakpo rentré tout frais d’une tournée de l’autre côté de la Méditerranée, semble ne pas avoir la solution.

Marie Odile Attanasso, Mesrs : 7/20

La colère des syndicats des enseignants du supérieur suite à la mesure de suspension des élections rectorales, décanales et autres prise par le gouvernement ; la grogne des étudiants malgré son annonce du ”statu quo” au sujet des frais d’inscription dans les universités nationales du Bénin et les remous qu’a suscités la dernière publication de la liste des Établissements privés d’enseignement supérieur (Epes) sont bien la preuve que la ministre Attanasso a du mal à convaincre et rassurer dans le sous-secteur. La nouvelle gouvernance des établissements publics d’enseignement supérieur par le Conseil national de l’Education (Cne) qui piétine toujours, pourrait être son salut.

Bintou Chabi Adam Taro, Ministre de la famille, des affaires sociales : 7/20

Les actions du ministre de la famille et des Affaires sociales sont souvent limitées aux dons alors qu’elles devraient être plus orientées vers la résolution des problèmes d’ordre social de la société béninoise à savoir le leadership féminin, les grossesses en milieu scolaire, les mariages précoces et forcés, la scolarisation des orphelins et handicapés… A la célébration de  la Journée nationale des affaires sociales où on s’attendait au mieux, on s’est limité aussi aux discours. Après deux ans de gouvernance, le projet Arch peine à révéler le Bénin.

José Didier Tonato, Mcvdd : 07/20

Les Béninois peuvent-ils se prévaloir d’un cadre de vie assaini ? Bien au contraire, les populations de Cotonou ont attendu en vain la prompte réaction du ministre face aux ordures jetées sur les terre-pleins centraux. Le projet asphaltage tant attendu est toujours à l’étape de maquette. Pendant ce temps, la nature ayant horreur du vide, les petits commerçants regagnent les espaces libérés.

Cossi Gaston Dossouhoui, Ministre de l’Agriculture : 10/20

Il a déployé des efforts dans la mise en œuvre des réformes agricoles annoncées par le gouvernement notamment la mise en place du Fnda. Cependant, sa gestion de l’affaire hautement sensible du glyphosate a contribué à ternir son image.

Barnabé Z. Dassigli, Mdgl : 7/20

Ses actions sont invisibles, si ce n’est sa caution pour la révocation et la destitution de maires insoumis.  Barnabé Dassigli donne l’impression de toujours rechercher ses marques à tête de ce ministère.

Séverin Quenum, Garde des sceaux : 07/20

Les droits fondamentaux du citoyen sont bafoués, une justice vassalisée et dérégulée avec la création de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet). Ce sont là des euphémismes utilisés par les acteurs du secteur et autres citoyens pour peindre aujourd’hui la situation sous le ministre Séverin Quenum. Mêms si c’est un héritage, le Garde des Sceaux peine tout de même à convaincre, depuis sa nomination, sur sa capacité à renverser la tendance.

Fortuné Alain Nouatin, Ministre délégué chargé de la défense nationale : 07/20)

Effacé, il s’affiche très peu. Sous les tropiques, sa fonction l’exige certainement. Mais depuis la nomination du ministre Fortuné Alain Nouatin, les forces armées béninoises ont déjà organisé plusieurs manœuvres militaires pour éviter des attaques surprises. Une nouvelle manœuvre est d’ailleurs en cours dans l’Alibori pour prévenir la menace terroriste. Néanmoins ces derniers jours ont été marqués  par l’éjection du Général Laurent Amoussou de la tête de l’état-major général des forces armées sur fond de propagande.

Romuald Wadagni, Mef : 8/20

C’est la période budgétaire et l’Argentier national Romulad Wadagni fait l’objet de critiques contre l’instauration de nouvelles taxes, de projet de budget antisocial et non favorable aux entreprises. Du côté des enseignants ‘’vacataires’’, c’est également trois mois de salaires jusque-là impayés.

Aurélien Agbénonci, Maec : 13/20

Faire de la diplomatie lorsqu’on a un chef très effacé et fin sur les bords comme Patrice Talon, ne doit pas être chose aisée. Le rapatriement en vue des biens culturels nationaux pillés par le colonisateur, la visite annoncée d’une chef d’Etat européenne au Bénin dans les prochains jours sont des résultats indéniables à mettre à l’actif de Aurélien Agbénonci qui, néanmoins, doit redoubler d’effort.

Sacca Lafia, Misp : 10/20

Après une période d’accalmie, le banditisme reprend du poil de la bête. Depuis quelques semaines, la Police républicaine étale ses limites puisque plusieurs victimes ont déjà été enregistrées dans le rang de la population. Tout porte à croire que le ministre Sacca Lafia et ses hommes manquent de stratégies pour faire reculer les hors-la-loi.

Allasane Seidou, Mit : 07/20

Depuis qu’il a été muté de son département de compétence, on a l’impression qu’Allassane Séibou cherche toujours ses marques. C’est plutôt le directeur des infrastructures qui est plus actif sur le terrain. Même si certains grands projets routiers annoncés ont timidement démarrés, la plupart reste encore à l’étape de maquette

Samou Adambi, Ministre des mines : 12/20

Le ministre des mines et de l‘eau fait de l’accès à l’eau potable son cheval de bataille notamment dans les villes où le précieux liquide est une denrée rare. Dans certaines localités du Borgou et des Collines, les populations boivent désormais de l’eau potable. Ceci est à l’actif du ministre quoique le chantier est encore immense eu égard aux Objectifs du millénaire dans le secteur Eau.

Abdoulaye Bio Tchané, Mpd : 11/20

On le sent plus sur le terrain politique que dans des activités relevant de son ministère. Avec ses alliés du Bloc républicain, ils ont réussi un gros coup en poussant à la Porte Me Adrien Houngbédji. Ministre du Plan et du développement, Abt a tendance à plus jouer son rôle de N°2 du gouvernement en représentant le chef de l’Etat dans des réunions internationales. Et c’est le secteur du plan et du développement qui subit le contrecoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite