Jurisprudence administrative béninoise : Hilaire Akérékoro analyse les grands arrêts

333

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La salle des actes ‘’Théodore Holo’’ de l’Université d’Abomey-Calavi, a abrité hier jeudi 29 novembre 2018, le lancement de l’ouvrage intitulé ‘’Les Grands arrêts de la jurisprudence administrative béninoise ‘’. Un ouvrage écrit par le professeur Hilaire Akérékoro. La cérémonie de son lancement a connu la participation de l’ancien président de la Cour constitutionnelle Théodore Holo et du Doyen de la Faculté de droit et des sciences politiques (Fadesp), Joël Aïvo.

Paru aux Editions de la Miséricorde, 2018, l’ouvrage intitulé ‘’Les Grands arrêts de la jurisprudence administrative béninoise ‘’ est l’œuvre de Hilaire Akérékoro , Maître de conférence, Agrégé de droit public (Cames), Directeur du Centre du droit de l’Etat et des droits des personnes en Afrique, (Cedep), Université d’Abomey-Calavi. Pour l’auteur, la parution de l’ouvrage est motivée par le regain d’activité de la chambre administrative de la Cour suprême du Bénin, depuis l’avènement du Renouveau démocratique. Elle a donc connu de très grands conseillers, et une Chambre administrative animée par des enseignants chercheurs, et de spécialiste de droit international, qui ont contribué à bâtir le contentieux, en différence des grands arrêts de la jurisprudence française, du Sénégal, du Gabon, de la Côte d’Ivoire … L’initiative est également motivée par  la non-disponibilité de jurisprudence pour les étudiants en doit administratif. Ainsi, rompant avec le cordon ombilical français, et adoptant une approche thématique et analytique, partant des grands thèmes et sous-thèmes du droit administratif, il a procédé à une fouille de la jurisprudence de 1963 à 2017 pour y puiser les arrêts qui rendent compte de la politique jurisprudentielle de la Chambre administrative de la cour suprême du Bénin. Ceci, en affectant à chaque thème, un arrêt de principe et en invoquant en même temps les revirements jurisprudentiels lorsqu’il en existe. Il a donc Procédé à une étude des arrêts sous une approche doctrinale et critique, pour prendre le contre-pied des décisions rendues dans le contexte du droit administratif, en s’inspirant de l’approche comparative.

Une initiative salutaire Pour le professeur Joël Aïvo, la Faculté de droit célèbre l’un des temps forts de ses activités. Car à l’en croire, une des activités les plus importantes d’une Faculté de droit et de sciences politiques réside dans la recherche, dont les résultats se traduisent par la publication d’articles de fond, mais également d’ouvrages. Et selon ses propos, la publication d’un ouvrage est célébrée dans une faculté comme le produit de l’effort de son corps professoral, mais aussi de l’expression de son rayonnement. Ainsi se félicitant de l’initiative qui vient combler un déficit de la non-disponibilité de la jurisprudence, il a Salué la qualité du travail abattu. « Le droit est un fait social, c’est l’ensemble des règles de conduite générées par une société donnée régissant les comportements des membres de cette société… » a laissé entendre le Professeur Théodore Holo. Le droit évolue et est attaché à une société donnée, martèlera le professeur. Il recommande donc son intégration aux réalités desdites sociétés. « Nos réalités ne sont pas les mêmes… Le droit du Bénin ne peut pas être celui de la France », clamera-t-il. D’où l’utilité du travail abattu. Il souhaite donc que ce chef-d’œuvre puisse servir d’exemple et d’instrument pour la formation des juristes. La présentation de l’ouvrage est assurée par le Conseiller à Chambre administrative de la cour suprême, Césaire Kpènonhoun.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite