Après des condamnations contre l’insalubrité à Cotonou : Bientôt la répression contre la pollution sonore…

358

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La guerre déclenchée contre le déversement des ordures sur les voies publiques s’étendra, très prochainement à la pollution sonore. Si déjà, les populations de Cotonou ont compris la nécessité de contribuer à l’assainissement de la cité et à la protection de leur cadre de vie notamment après des condamnations prononcées à l’encontre d’une dizaine de personnes, les auteurs de la pollution sonore pourraient bientôt, eux-aussi, comparaître devant le tribunal…

«…L’autre chantier, c’est également la lutte contre la pollution sonore. Vous savez que nos rues sont aujourd’hui envahies de bars, de restaurants, d’églises qui poussent comme des champignons et qui empêchent les gens de dormir. Ce n’est pas normal. La liberté de religion, la liberté d’entreprendre certes, mais il faut respecter les droits des riverains. Il faut faire en sorte que ceux qui ont fini leur travail au bout d’une longue et rude journée puissent en rentrant chez eux retrouver la paix et la quiétude nécessaires. Il y a des lois qui régissent cela et nous allons faire en sorte que ces lois soient également appliquées », a prévenu samedi dernier, le procureur de la République près le tribunal de première classe de première instance de Cotonou, Mario Mètonou lors de sa tournée dans certains quartiers autrefois dits insalubres de Cotonou. C’est donc clair, les églises ne devront plus empêcher ceux qu’ils veulent dormir de se reposer et les responsables de bars et restaurants devront faire moins de bruits surtout à certains moments de la journée. Les “DJ“ et pasteurs sont de ce fait, avertis. La chasse aux auteurs de pollution sonore ne devrait plus tarder comme ce fut le cas dans le cadre de la lutte contre la pollution de l’environnement. Pour le procureur, il faut poursuivre la sensibilisation et la répression jusqu’à ce que les dispositions légales en vigueur en République du Bénin soient respectées par tous. Une fois encore, les officiers de police judicaire seront instruits pour la réussite de l’opération sur le terrain. « Les consignes ont été données à toute l’équipe : le commissaire central et les commissaires d’arrondissements ainsi que le commissaire en charge de la lutte contre la pollution, pour que la répression se poursuive… Nous ne nous arrêterons pas tant qu’il n’y aura pas de changement significatif dans les habitudes des Béninois » a-t-il martelé.

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite