Non-versement à temps des cotisations à la Cnss : Les élus locaux du Zou et des Collines sensibilisés

423

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Après les départements de l’Atacora et de la Donga et ceux du Borgou et de l’Alibori, c’est au tour des élus locaux des départements du Zou et des Collines d’accueillir la délégation de la Caisse nationale de sécurité sociale(Cnss). L’objectif est de les sensibiliser sur le paiement des cotisations sociales.

C’est la ville de Dassa qui a abrité cette séance d’échanges entre la Cnss, les responsables des collectivités locales, les receveurs percepteurs et les receveurs des finances du Zou et des Collines. Cette rencontre, qui a eu lieu le mercredi dernier, a eu pour cadre la salle de conférence de Jeco Hôtel. C’est depuis 2016 que la Cnss a entrepris des tournées de sensibilisation sur toute l’étendue du territoire national afin d’apporter des réponses et de résoudre dans la célérité les divers problèmes auxquels sont confrontés les collectivités locales. C’est donc l’objectif qui sous-tend cette rencontre dont le but est d’échanger avec les responsables des collectivités locales, les receveurs percepteurs et les receveurs des finances sur les activités de la Cnss et d’améliorer leurs compréhensions des processus de déclaration de paiement des cotisations sociales. Après avoir souhaité la bienvenue aux participants dans la « cité des 41 Collines », le maire de Dassa, Nicaise Fagnon a reconnu qu’il y a des problèmes au niveau des mairies en ce qui concerne  le versement des cotisations à la Cnss. Néanmoins, il fait remarquer qu’il y a aussi des problèmes au niveau de la Caisse. Alors, il va exhorter les responsables de la Cnss à améliorer leur système d’information et de gestion pour le bien de tous. « La pérennité de la Cnss dépend des cotisations », a conclu Nicaise Fagnon. La directrice du Recouvrement et chef de délégation, Mme Brigitte Odjogbémi pour sa part, a déclaré que cette rencontre permettra d’échanger sur l’apurement des comptes cotisants des collectivités locales dans les livres de la Cnss afin de définir les modalités de paiement de leurs dettes sociales de commun accord.Reconnaissant qu’il a des problèmes au niveau des mairies en ce qui concerne le paiement des cotisations sociales, le maire de Dassa, Nicaise Fagnon a aussi demandé aux responsables de la Cnss de régler les problèmes à l’interne. Il a souhaité l’amélioration du système d’information et de gestion de la Cnss pour le bien de tous. « La pérennité de la Cnss dépend des cotisations », a-t-il ajouté. Il a aussi émis le vœu que les archives dont l’importance n’est plus à démontrer quittent le caractère physique pour devenir numérique.

Après la phase protocolaire, l’auditoire a eu droit à plusieurs communications. Ces communications vont du régime général de la sécurité sociale aux diverses prestations servies par la Cnss en passant par l’immatriculation des employeurs et l’affiliation des travailleurs  sans oublier la déclaration nominative de salaires et paiement des cotisations sociales. Les participants ont été également entretenus sur les éléments constitutifs de l’assiette des cotisations sans oublier les indications sur la tenue des comptes cotisants des employeurs. Et ces communications ont été présentées respectivement par la directrice du Recouvrement, Mme  Brigitte Odjogbémi, l’Assistant du directeur général, Daniel Gouroubéra, le chef service contrôle employeurs, Mohamed Omar Tidjani et le chef service comptes cotisants, Mme Isabelle Adja Sanni. De ces communications, on peut retenir que les travailleurs ne cotisent pas sur leurs différentes primes ou du moins ne déclarent pas leurs primes, ce qui est une mauvaise chose. Ils ont donc invité les employés à faire en sorte que les cotisations soient sur l’ensemble de leurs rémunérations y compris les primes. « Ne pas le faire est une violation de la loi », a dit M. Tidjani. La directrice du Recouvrement pour sa part, a insisté sur la déclaration nominative qui est d’une importance capitale dans la reconstitution de la carrière. « Si la déclaration nominative n’est pas bien faite, le travailleur ne pourra pas bénéficier d’une pension en fin de carrière », a-t-elle fait remarquer. Idem pour les archives dont l’utilité n’est plus à démontrer. Selon Mme Brigitte Odjogbémi, la bonne tenue des archives va faciliter le traitement des dossiers et permettra aussi bien aux collectivités locales qu’à la Cnss d’être à jour.

Les participants dans leurs différentes interventions ont déploré le mode de fonctionnement de la Cnss qui ne leur facilite pas la tâche. Ils ont alors souhaité que les responsables de la Cnss puissent les aider dans la déclaration de paiement des cotisations. « C’est parce que nous sommes conscients qu’il y a problèmes que nous sommes devant vous afin de trouver des solutions aux différents problèmes », a dit la directrice du Recouvrement avant de répondre aux préoccupations des uns et des autres. « Désormais, c’est pour le meilleur », a-t-elle dit. Rappelons que la séance a enregistré la présence du maire de Zakpota, Antoine Affokpofi et son collègue de Ouinhi, Célestin Goutolou. C’est d’ailleurs le maire de Zakpota qui a clôturé la séance en souhaitant que les collectivités locales et la Cnss se donnent la main afin que le mariage de cœur et de raison qui les unisse soit bénéfique à tous. Il a, par la même occasion demandé à chaque partie de jouer sa partition pour un paiement à bonne date des cotisations et des prestations de qualité à bonne date aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite