Interview exclusive avec l’agent de Seïdou Barazé : «La polyvalence de Barazé ne peut être qu’un avantage pour tout coach ou sélectionneur », dixit Romain Ollé-Nicolle

3 348

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Passeur sur l’unique but du Bénin face à la Gambie (1-3) en éliminatoires de la Can 2019, Seïdou Barazé essaie de s’imposer dans le couloir droit de la défense béninoise mais aussi dans son club en France. Un joueur que suit religieusement Romain Ollé-Nicolle. Dans une interview exclusive qu’il a accordée à votre quotidien « Matin Libre », l’intermédiaire Sportif de Seïdou Barazé a donné son point de vue sur l’international béninois avant de lever un coin de voile sur son avenir footballistique. Lisez-plutôt !!!

 

Qui est Romain Ollé-Nicolle et quel lien a-t-il avec Didier Ollé-Nicolle, ancien sélectionneur du Bénin ?

Âgé de 31 ans, et papa d’un futur petit champion (Eden 4 ans), je suis un ancien joueur formé au Nîmes Olympique avant d’intégrer le monde professionnel au Clermont Foot 63 (Ligue 2), puis de finir en Première Division au Luxembourg, au F91 Dudelange notamment, avec plusieurs titres à mon palmarès et la chance d’avoir pu jouer cinq matches éliminatoires de Champions League. Désormais de l’autre côté du terrain, j’occupe la fonction d’intermédiaire sportif. Je suis associé avec Christian Gérard, Directeur de la société Gctm Foot Management, implantée aux trois frontières que sont la France, la Belgique et Luxembourg. Concernant Didier Ollé-Nicolle, le lien est simple. C’est mon papa, ancien sélectionneur du Bénin en 2014 (avec trois victoires et une défaite). Il est aujourd’hui entraîneur principal de l’Us Orléans, actuel 7ème du classement de Domino’s Ligue 2 (France).

Vous suivez depuis quelques mois l’international béninois Seïdou Barazé. Un pensionnaire de Moulins Yzeure en France. Comment a-t-il intégré ce club français ?

 

Après avoir évolué dans divers championnats africains notamment le Bénin, le Maroc, l’Egypte, Seïdou est arrivé en France en 2017 à Montélimar. Nous sommes entrés en contact à ce moment là, par le biais de mon papa qui l’avait eu sous ses ordres en sélection nationale, et avons conclus ensemble d’une collaboration sur le long terme. Suite à ses performances durant la saison et un travail de ma part en parallèle, nous sommes entrés en contact avec Moulins Yzeure (National 2). Tout est allé très vite suite à un essai positif du joueur, validé par le staff et le coach Stéphane Dief. Seïdou s’est donc engagé pour la saison 2018/2019.

Quelle lecture faites-vous de la prestation de Barazé en club depuis son arrivée ?

Seïdou effectue une saison pleine et très intéressante. Il a disputé la totalité des matchs de championnat de son club, dans leurs intégralités (11 matches et deux buts). Il participe pleinement à la bonne saison de Moulins Yzeure qui est actuellement sur le podium et en course pour la montée en National.

Alors, quel espoir portez-vous sur lui en ce qui concerne son avenir footballistique ?

Des espoirs à la hauteur de son talent et de ses qualités humaines, c’est-à-dire élevés… Il le démontre cette saison notamment. Tout va très vite dans le football. Il faut continuer à travailler sans relâche pour arriver à son but. Seïdou en est complètement conscient et avance dans cette optique.

Ses prestations en club lui ont ouvert à nouveau la porte de la sélection nationale du Bénin. Selon vous, qu’est ce qui a pu plaire au sélectionneur Michel Dussuyer pour qu’il lui fasse appel ?

La bonne saison et les prestations de Seïdou en club sont évidemment la raison majeure de ses sélections. Ensuite, je pense qu’un joueur aux valeurs humaines qu’a Seïdou est important et apprécié par tous dans un collectif. Enfin, la polyvalence (défenseur central, milieu défensif, latéral droit) ne peut être qu’un avantage pour tout coach ou sélectionneur.

Seïdou Barazé, c’est trois titularisations en autant de matches face à l’Algérie (Aller-Retour) et à la Gambie. Quelle appréciation aviez-vous de ses prestations en équipe nationale surtout qu’il a été passeur sur l’unique but marqué par le Bénin face à la Gambie ?

Jamais simple de sortir une individualité dans un collectif. De manière objective, la double confrontation contre l’Algérie (dont la victoire au retour) où Seïdou avait tout de même dans sa zone d’intervention des joueurs de classe mondiale qui jouent la Champions League (Brahimi, Mahrez…) et les a mis sous l’éteignoir, en étant actif défensivement et sur l’apport offensif. Je ferais la même analyse pour cette défaite malheureuse en Gambie, ponctuée notamment par la passe décisive sur l’ouverture du score de Mounié.

Au vu de ses prestations, pourrait-il changer de club d’ici peu de temps ? Des clubs tapent-ils déjà à sa porte ?

Seïdou est focalisé à 100% sur le terrain et ses prestations avec Moulins Yzeure et avec la sélection. Après, si je vous dis que je n’ai pas eu de contacts pour Seïdou, je vous mentirais. En effet, plusieurs clubs en France et à l’étranger s’intéressent de très près à ses performances, le contraire ne serait pas normal.

Pour clore cet entretien, comment analysez-vous les forces et faiblesses de la sélection du Bénin ? Quelles sont ses chances de qualification ?

La sélection possède peut être moins d’individualité que certaines nations africaines, telles que le Maroc de Bénatia ou Ziyech, l’Algérie de Mahrez et Brahimi, l’Egypte de Salah. Mais le collectif, l’esprit d’équipe, l’union sacrée chez les Ecureuils sont des atouts inestimables et primordiaux. Je suis confiant quant aux chances de qualification du Bénin pour la Can 2019, confirmé par les échanges avec Seïdou les jours qui ont suivi le match en Gambie. Les joueurs ont leur destin entre leurs pieds, et tout un pays derrière eux pour vibrer et participer à cette compétition très attendue. Enfin, je vous remercie pour votre démarche et l’intérêt porté sur Seïdou Barazé. Pour conclure cette interview, je souhaite la meilleure évolution possible pour mon joueur et tous mes vœux de réussite à la sélection nationale du Bénin pour le match capital contre le Togo pour atteindre l’objectif, la Can 2019.

Propos recueillis par : Abdul Fataï SANNI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite