Sensibilisation in situ sur le Code de déontologie et de l’éthique : Matin Libre salue la démarche de l’Odem

1 627

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’équipe de rédaction du quotidien Matin Libre a reçu dans la soirée d’hier, jeudi 22 novembre 2018 à son siège à Cotonou,une visite particulière. Celle  du bureau de l’Observatoire de déontologie et e l’éthique dans les médias (Odem). Conduite par son président Guy Constant Ehoumi, la délégationa, à travers des échanges, fait un brainstorming aux journalistes et responsables du quotidien, sur les comportements à adopter en période électorale, tout en louant le rassis qui caractérise le journal.

Les prochaines élections législatives sont imminentes au Bénin. Pour éviter que les professionnels des médias ne tombent le piège de diffusion d’informations tendancieuses, orientées,  l’instance d’autorégulation des médias béninois qu’est l’Odem a initié une tournée, dans plusieurs organes de presse. « Nous sommes ici parce que l’observatoire a reçu mission  de vous sensibiliser vous acteurs des médias, sur les tenants et aboutissants des législatives prochaines. Ceci, afin d’attirer votre attention sur ce que recommande le code de déontologie, pour vous éviter toute forme de nuisance, dans le traitement des informations », confirme le président de l’Observatoire, Guy Constant Ehoumi. Pour cette raison, il a tenu à rappeler à l’équipe de Matin Libre, les deux premiers articles dudit code qui à l’en croire, traitent exclusivement des préalables à réunir, avant la publication de toute information.  « L’article 1er de notre code parle de la source de l’information. Quant au 2ème, il traite de l’originalité, de l’exactitude et de la véracité des faits. Si vous avez une information dont la source n’est pas fiable, n’est pas authentique, ni exacte et dont vous doutez de la véracité, vous devez vous abstenir de la publier. A défaut, utilisez les formules de précaution nécessaire. On revient sur ces aspects, pour que la période électorale que nous allons traverser soit moins tumultueuse pour tous. Les faits, rien que les faits. Les commentaires, d’accord. Mais qu’ils ne soient pas mélangés aux faits. Nous ne voulons pas connaitre du cas Khashoggi chez nous », a-t-il insisté. Suite à son président, le rapporteur  de l’Odem dans sa prise de parole,  a reconnu une certaine mérite auquotidien. « Matin Libre est un des rares organes qui essaient  de dire autre chose que ce que nous entendons. Je vous encourage pour ça car, on sait que ce n’est pas facile », laisse entendre Gaspard Adjamonsi. Il a profité de l’occasion pour suggérer à l’équipe de  rédaction de Matin Libre, d’éviter toute sorte de critiques subjectives, tout en cherchant l’équilibre dans le traitement des faits. Sur ce point, le Directeur de publication du journal rassure : « Je vous remercie au nom de l’équipe de la rédaction. Votre visite nous  réconforte car, j’ai vu que la démarche est salutaire. Nous vous promettons de respecter davantage les règles qui régissent le métier. Nous avons toujours cherché à équilibrer l’information. Mais quand certains ne nous invitent pas,comment allons-nous faire l’équilibre ? », s’est interrogé Maximin Tchibozo. A la fin de la séance, l’Odem n’a pas oublié de gratifier Matin Libre, de quelques exemplaires du code de déontologie de la presse béninoise.

Janvier GBEDO  (Stag)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite