Et les prédictions se réalisent…

751

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Osons le dire, au commencement l’idée de réformer le système partisan au Bénin semblait être partagée par nombre de Béninois tant il y a comme un désordre dans le paysage politique avec les ”clubs électoraux” qui l’animent. Mais comment parvenir à assainir et remettre de l’ordre dans la maison ? C’était la question fondamentale qui devrait faire l’objet de grands débats au plan national pour en arriver à un consensus. Psychologues, Sociologues, Historiens, Praticiens du Droit, Constitutionnalistes, notables, bref toutes les forces vives de la Nation devraient être associées à cette réforme majeure. Mais tel n’a pas été le cas. En dépit des dénonciations et des alertes de sachants, un groupuscule d’acteurs confondant leur rôle de législateurs et supposés soutiens du chef, ont voté les lois devant régir la vie politique d’un pays qui a une histoire politique qui ne bégaie presque pas.” N’y allons pas”, ”Ce chemin que nous voulons emprunter est suicidaire pour nous…”. Et pourtant, têtes baissées, on y est allé. Mais dans la pratique, on refuse de déferrer aux injonctions du concepteur de l’initiative. On ne veut plus enterrer son pseudo parti pour laisser éclore de mégas partis voulus par ”la tête”. Plusieurs analystes et observateurs de la vie sociopolitique du Bénin avaient pourtant prédit que ce projet, en réalité dressé contre l’opposition (selon certaines langues), ne  pourra prospérer. Nous n’en sommes qu’au tout début de sa mise en oeuvre ou de son expérimentation, que tout chamboule déjà. Au sein de la même Mouvance, que de remous, que de contestations et de divorces! Le ver est dans le fruit. Tout porte à croire aujourd’hui que l’initiative a été conduite dans la précipitation, sans débats préalables sérieux et en méconnaissance totale de l’histoire politique du Bénin depuis 1960. La réforme du système partisan, oui! Mais est-ce de cette façon et suivant ces nouvelles orientations que l’on atteindra les objectifs visés? En toute sincérité, Patrice Talon et  ses députés du Bloc de la majorité parlementaire (Bmp) doivent tirer leçons des dernières lois électorales adoptées à l’Assemblée nationale  et entérinées par la Cour constitutionnelle. C’est dire donc que la question de la réforme du système partisan voulue est bien plus complexe et ne saurait être expédiée telle qu’elle l’a été récemment, au Parlement, entre des ”oiseaux” de même plumage.

- Advertisement -

 W.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite