La loupe : Réunion décisive des progressistes avec Talon ce jour

682

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

C’est ce soir à la fondation Claudine Talon dans la haie vive que Patrice Talon rencontre pour une énième fois les désormais nombreux ténors du parti Progressiste en gestation.

Cette fois-ci, ça risque d’être la finale ou l’avant finale, c’est à dire la pénultième.

Il sera question probablement, très probablement du bureau qui peut compter trente-trois membres. Il sera question probablement aussi du logo. Maintenir celui de L’Union fait la Nation, ou garder le nom, ou alors tout changer. Faire le point des membres fondateurs, puisque Patrice Talon a exigé qu’il soit fait en sorte que les jeunes envahissent le parti par milliers.

Les ministres et les directeurs de société seront-ils membres du bureau national?

Les ministres et les directeurs de société seront-ils candidats? Qui sera le président du grand parti?

Ces trois questionnements ne trouveront pas de réponses précises mais seront abordés clairement ou subtilement. Même si le dernier jeu revient à Talon lui-même, il sait toujours faire croire que les choses se feront avec transparence et démocratie. Or…….

Enfin, les statuts, les textes, le règlement intérieur. Des explications sur la nomenclature, et le fonctionnement, les démarches. Surtout revenir sur les objectifs, le fondement, le but visé à long moyen ou court terme.

Le maintien ou non de la date du congrès, les relations que doivent entretenir les deux blocs entre eux, puisqu’ils sont tous deux de la mouvance, mais appelés à cohabiter, et à la fois à se combattre.

Tout ça est compliqué et mérite d’être clarifié.

Comment fera-t-on pour connaître les candidats populaires capables de faire gagner les listes, et comment détecter les amuseurs de galerie. Quels seront les critères?

Qui passe et qui ne passe pas? Tout au moins le portrait-robot.

Puis le boss comme il sait le faire prendra la parole, arrêtera les débats avec fermeté, et donnera ses directives sans cligner les yeux. Puis se lèvera et personne n’osera placer un mot.

C’est dehors et après en voiture ou chez eux que les plus courageux donnent de la voix pour dire ce pour quoi ils sont d’accord et ceux pour quoi ils ne sont pas d’accord.

Tout porte à croire qu’avant le vingt-quatre novembre prochain il n’y a pas de chance pour une autre réunion de cette envergure. D’où l’importance de cette rencontre de ce jour.

Espérons que le crash sera évité après ça.

 

Dine ABDOU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite