Colloque national sur l’art culinaire traditionnel du Bénin : Le Festival ‘’Zâ’’ et l’agence Africa Ict pour deux jours de réflexion

1 294

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Une initiative salutaire pour la gastronomie béninoise)

Depuis jeudi 15 novembre 2018, des têtes pensantes du monde culturel béninois, notamment, du secteur du patrimoine et de la gastronomie sont en séance de travail intense. L’initiative qui les rassemble pour deux jours à la villa Karo dans la commune de Grand Popo est le colloque sur l’art culinaire traditionnel du Bénin organisé par le festival ‘’Zâ’’ dont la promotrice est Gloria Kuessi Govor et l’agence Africa Ict.

Œuvrer inlassablement pour révéler et faire découvrir le Bénin au monde sur le plan culinaire. Telle est la vision qui sous-tend la tenue du colloque sur l’art culinaire traditionnel du Bénin. Prévu pour se dérouler les 15 et 16 novembre 2018, cette séance de réflexion qui a rallié autour d’une même table un nombre important de consultants du secteur du patrimoine, du tourisme et des arts culinaires, a pour objectif de dévoiler la valeur dans la création et la consommation de l’offre touristique de la destination Bénin. Par ailleurs, ces assises doivent favoriser une synergie d’actions pour l’atteinte de l’Odd 2 relatif à la lutte contre la faim. C’est alors une plateforme de rencontre, d’échanges fructueux et de partage d’expériences qui vient d’être installé en vue de projeter une forte lumière dans les zones d’ombre de l’art culinaire. Et comme, ‘’qui trop embrasse mal étreint’’, la rencontre a focalisé les attentions sur une céréale pour ne pas dire tout et rien à la fois. C’est le maïs qui est au cœur des réflexions placées sous le thème « L’art culinaire comme outil de développement durable et touristique : le maïs et son importance au Bénin ». Pour le Directeur du fonds des arts et de la culture (Fac), cette céréale dans l’histoire du Bénin est chargée de récit éloquent sur son importance et constitue une vecteur de communication très puissant, surtout quand on a recours aux réalités des couvents. Le Maire de la ville de Grand Popo, Anani Hlondji, qui s’est personnellement impliqué dans les préparatifs de la tenue de ces assises, ne dira pas le contraire.

Teddy GANDIGBE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite