Affaire Cnss-Bibe devant la Criet : Le procès de Laurent Métongnon reporté, l’Odhp condamne…

763

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Condamnés à cinq ans de prison ferme par le Tribunal de première instance de première classe de Cotonou, Laurent Mètongnon et ses co-accusés dans l’affaire Cnss-Bibe devraient à nouveau comparaître devant la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) ce jeudi, 15 novembre 2018. Mais le procès tant attendu n’a pu se tenir. Il a été reporté au 20 décembre 2018 pour raison liée à la rentrée judiciaire de l’Ordre des avocats…

Poursuivis et condamnés déjà dans une affaire de placements “hasardeux“ des fonds de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) à la Bibe (une banque qui serait en faillite au moment des faits) contre des rétro-commissions, le syndicaliste et ancien président du Conseil d’administration de la Cnss, Laurent Mètongnon et ses co-accusés n’ont pas pu être entendus par la Criet ce jeudi. S’autosaisissant du dossier, la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) avait convoqué les prévenus, bien que déjà condamnés par le Tribunal de Cotonou. Ceci, après plusieurs procès. Les partenaires sociaux et autres acteurs de la société civile fortement mobilisés pour soutenir le syndicaliste Mètongnon n’ont pas eu accès aux locaux de la Criet. De plus, le procès n’a pu se tenir pour la raison selon laquelle le Barreau de l’Ordre des avocats du Bénin aurait notifié au Président de la Criet, Cyriaque Dossa, la tenue de sa rentrée judiciaire pour le même jour notamment ce jeudi, 15 novembre 2018. Ainsi, le procès a été reporté au 20 décembre 2018. Le syndicaliste, Laurent Métongnon et ses co-accusés devront poursuivent leur séjour en prison à Missérété. Faut-il le rappeler, ces derniers ont été déjà condamnés à 5 ans d’emprisonnement ferme et d’une amende d’un million de FCFA par le tribunal de première instance de première classe de Cotonou.

 Aziz BADAROU

 

Réaction de l’Odhp

 

ORGANISATION POUR LA DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME ET DES PEUPLES (ODHP)

2005 / 0061 / DEP – ATL -LITT / SG / SAG – Assoc-JORB N°4 du 15  février 2005

02 BP 1670 Cotonou (Rép. du Bénin) Tél : (229) 21 38 02 75 / 21 32 68 42 / 97 98 82 18__

Procès CNSS-BIBE devant une juridiction anticonstitutionnelle : l’audience reportée au 20 décembre 2018.

 Le président Talon baigne dans la torture.

Ce jour, jeudi 15 novembre 2018 a été retenu par la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (CRIET) pour juger à nouveau Laurent Mètongnon et ses codétenus politiques YoussaoSaliou, Adégoké Edouard, Jérémie Mora et Célestin Ahonon.

A peine l’audience ouverte, le dossier est renvoyé au 20 décembre 2018 au motif de la rentrée judiciaire des avocats et cela vaudrait pour toutes les audiences sur toute l’étendue du Bénin. Et pourtant, tout juste après le report de l’audience concernant Laurent Mètongnon, d’autres audiences ont été ouvertes.

Que dire ? Sinon qu’il s’agit ni plus ni moins de la poursuite par le pouvoir de Talon de la torture et de la persécution de façon infâme contre ces détenus politiques. En effet, avec nos dénonciations fondées dès l’entame de ce dossier en novembre 2017, après la décision de la Cour constitutionnelle condamnant le Gouvernement et le Procureur de la République Ulrich TOGBONON pour violation de la constitution, après le tollé des sachants de la chose judiciaire contre la CRIET, laquelle est déclarée anticonstitutionnelle par l’Assemblée générale du  syndicat des magistrats (UNAMAB),  après les scandales des juges de la CRIET dans le dossier cocaïne, après les dénonciations du FSP, après la mise en place du Comité de Soutien aux Détenus et Exilés Politiques sans oublier les dénonciations diverses et multiformes venant de l’intérieur et de l’extérieur, il ne restait  plus rien d’autre à faire par le pouvoir de Talon  que de libérer ou faire libérer Laurent Mètongnon et ses codétenus politiques.

 Au lieu de cela, le pouvoir tyrannique de Talon et sa Cour d’inquisition s’enfoncent et nagent dans la torture.

L’ODHP dénonce et condamne cette nouvelle forfaiture du pouvoir tyrannique de Talon.

Elle félicite les citoyens béninois à l’intérieur, les organisations démocratiques, la diaspora, les personnes éprises de paix et de justice à l’extérieur qui ne cessent d’exiger avec nous la libération de Mètongnon et des autres détenus politiques ainsi que la fin de la persécution politique au Bénin.

Liberté pour les détenus et exilés politiques.

Cotonou, le 15 novembre 2018

Le Bureau Exécutif National

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite