Sécurité à Dantokpa en période de fêtes de fin d’année : Le commissaire Makponsè et sa troupe à l’œuvre !

916

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Face à l’imminence de la période des fêtes de fin d’année, période durant laquelle la quiétude des populations est souvent troublée, la police républicaine peaufine ses stratégies pour traquer les divorcés sociaux et surtout garantir la sécurité à tous. D’importantes dispositions sécuritaires sont également prises au niveau du Commissariat spécial de Dantokpa pour permettre aux usagers du marché international et riverains des zones commerciales environnantes de vaquer paisiblement à leurs activités. A cet effet, le commissaire spécial de Dantokpa, Anicet Makponsè et sa troupe effectuent de façon fréquente des visites dans le marché. Le comble, c’est qu’un système de bouclage du marché a été mis en branle par les flics spéciaux de Dantokpa. Ils sont donc présents et aux aguets. Les patrouilles se font à longueur de journée. Tout est bien ficelé pour faire reculer le grand banditisme. Les populations riveraines et usagers peuvent donc être rassurés. De même, les éléments du commissaire Anicet Makponsè n’entendent plus se reposer tant que les conducteurs de minibus continueront à stationner de façon anarchique à la hauteur de la passerelle du marché international. Des mesures fortes ont été alors prises pour garantir la fluidité de la circulation sur cet axe routier. Inutile de rappeler qu’à plusieurs reprises, des policiers, chicottes en main, ont été déployés aux trousses de ces conducteurs de minibus vu que ces derniers ne libèrent la circulation qu’en leur présence. Même si  depuis quelques jours, ces minibus en partance pour Porto-Novo stationnent à nouveau anarchiquement à la montée comme à la descente du pont de Dantokpa, les chauffeurs des minibus ont très vite retenu la leçon. Comme donc son prédécesseur Jean-Marie-Seglè, actuellement commissaire central de Cotonou, le commissaire Anicet Makponsè entend œuvrer, dans une approche appropriée, à instaurer un climat favorable à la co-production de la sécurité publique.

 

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite