Festival de l’innovation technologique “MakeAfrica 2018“ : Trois jours pour former et innover avec le numérique

209

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Une dizaine de fablabs d’Afrique de l’Ouest se constitue en réseau)

Cotonou se trouve être à nouveau, le carrefour de l’innovation technologie en Afrique de l’Ouest. Les responsables des fablabs de plusieurs pays de la sous-région prennent part depuis ce jeudi, 08 novembre 2018 au Festival de l’innovation technologique “Makeafrica 2018“. Trois jours durant, soit du 08 au 10 novembre 2018, un cocktail d’activités est prévu pour éduquer, former et innover avec le numérique. Cet évènement inédit qui se déroule à l’Institut français de Cotonou débuchera sur le lancement officiel du Réseau francophone des Fablabs d’Afrique de l’Ouest (ReFFAO)…

Le Festival de l’innovation technologique “MakeAfrica 2018“ est officiellement lancé. Autour du thème « éduquer, former et innover avec le numérique », un programme alléchant a été concocté sur trois jours. Des ateliers, démos, conférences et Hackathon sont entre autres prévus. Plusieurs réalités du monde de la technologie numérique seront au cœur des activités notamment le Design thiniking, créativité et intelligence collective, le fraisage numérique, Arduino et petite électronique, programmation et scratch, l’impression 3D, etc. Outre le mini-hack prévu sur “l’école de demain“, des conférences publiques sont programmées pour aborder des problématiques en lien avec l’école africaine à l’ère du numérique. De même, il sera procédé à la réalisation des projets idéation-business plan-prototype, la réalisation d’une maison intelligente, la fabrication des panneaux solaires à partir des matériels recyclés et de station météo. Le modèle de travail convenable entre fablabs et start-up sans oublier le lien entre fablabs, entrepreneuriat et innovation sociale en Afrique seront aussi des sujets de discussion au cours des tables rondes. Une panoplie d’activités qui démontrent toute l’importance de ce rendez-vous sous-régional. A en croire l’Ambassadrice de la France près le Bénin, Véronique Brumeaux, l’innovation technologique reste une priorité en Afrique. La France, s’inscrivant dans la stratégie de francophonie numérique, entend donc apporter sa contribution à la révolution numérique sur le continent. Selon ses propos, plusieurs projets des structures gouvernementales et parapubliques suivront et bénéficieront du financement de l’Agence française du développement. Quant à la ministre de l’économie numérique, Aurélie Adam Soulé, elle s’est réjouie des efforts des gouvernants pour parvenir à une Afrique numérique avant de souligner que des initiatives pareilles méritent bien un vif intérêt. Pour elle, le Bénin se positionne comme la plateforme numérique de la sous-région et de pertinentes actions sont en cours pour concrétiser le rêve. Prenant la parole, Pascal Bied Charreton, Directeur général de la Société générale Bénin, structure partenaire de l’évènement, a réitéré son engagement à toujours accompagner l’innovation technologique au Bénin et en Afrique. Si l’impact socioéconomique du programme “Sèmè city“ n’est plus à démontrer, Claude Borna, chargée du développement dudit programme estime que les fablabs y ont un rôle capital à jouer. Ainsi, elle a souligné la nécessité de créer un espace de partage d’expériences et de connaissance en matière d’innovation technologique. Pour elle, il faut désormais que les fablabs aillent au-delà du prototypage pour introduire les premiers produits sur le marché ou auprès des consommateurs ciblés. Pour Karim Sy, membre du Conseil présidentiel pour l’Afrique, le présent évènement est important dans la marche de l’Afrique vers le numérique. Cet événement vise essentiellement à démocratiser la technologie, la rendre accessible à tous, reconnait Médard Agbayazon, coordonnateur du festival de l’innovation technologique “MakeAfrica 2018“ et responsable de Blolab.

ReFFAO : un grand palier franchi…

 

Dans le cadre du Festival de l’innovation technologique, il sera constitué le Réseau francophone des fablabs d’Afrique de l’Ouest (ReFFAO). La formalisation et la structuration du réseau seront donc au cœur des travaux. Premier réseau du genre en Afrique de l’Ouest, le ReFFAO est constitué d’une dizaine de Fablabs, « laboratoires de fabrication numérique » : Blolab du Bénin, Woelab et Minodoo du Togo, Ouagalab du Burkina-Faso, BabyLab de Côte d’Ivoire, Sahel Fablab de Mauritanie, DefkoAkNiepFablab, Free Design Lab, SenFablab du Sénégal et Donilab du Mali. Le réseau entend développer des programmes de formation (Internet Des Objets, Impression 3D, recyclage, Big Data, etc) et de valorisation des compétences numériques ; organiser chaque année des activités autour de « l’intelligence de la main », de la créativité numérique et du « faire » ; œuvrer à la réduction de la fracture numérique et de l’innovation (technologique), dans une démarche inclusive, avec pour publics cibles, les femmes, les jeunes adolescent(e)s, les décrocheurs et les scolaires ; encourager l’entreprenariat dans le secteur du numérique. Il se veut être alors la principale plateforme de promotion des initiatives, projets, actions et évènements des Fablabs de l’espace francophone Ouest africain, et est un acteur actif au sein du réseau international des Fablabs.

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite