Rencontre d’échanges entre l’Ambassadeur du Japon près le Bénin et un bénéficiaire du programme ABE initiative : Serge Ekpodessi parle de ses expériences et projets avec S.E.M Kiyofumi KONISHI

136

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Initié par le Gouvernement du Japon, dans l’optique d’apporter un soutien aux jeunes qui ont le potentiel de contribuer au développement des industries en Afrique, le programme “African Business Education“ ou ABE initiative impacte déjà la jeunesse africaine, fer de lance de tout développement. Ingénieur-architecte, Serge Gérard EKPODESSI, jeune béninois est diplômé de l’Institut de Technologie de Shibauraà Tokyo au Japon, grâce à cet important programme piloté par l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA). De retour au Bénin depuis quelques mois seulement, après trois années de recherches au Japon, l’homme est très sollicité par plusieurs entreprises car disposant d’un profil rare et d’une expertise fortement recherchée. Reçu en audience par l’Ambassadeur du Japon près le Bénin le jeudi 18 octobre 2018, Serge Gérard EKPODESSI a discuté des expériences acquises en terre nippone, des contacts noués avec des entreprises japonaises, de ses projets ainsi que des résultats de ses travaux de recherche avec S.E.M Kiyofumi KONISHI. Lisez plutôt !

 

Présentation

Je suis Serge Gérard EKPODESSI, Ingénieur-Architecte, diplômé de l’Institut de Technologie de Shibaura  à Tokyo au Japon. Je suis revenu  au Benin à la fin du mois de Juin 2018, après un séjour de 3 années de recherches au Japon dans le cadre du Programme ABE Initiative, mis en place en 2014 par le Gouvernement du Japon au profit de jeunes leaders africains. Mon plan de recherche a porté sur l’Analyse du Système de Planification Urbaine en République du Bénin : une Etude de Cas du Périmètre du Grand  Nokouétirant leçon de la riche et longue expérience du Japon en  matière d’urbanisation.

Au cours de mon séjour au Japon, j’ai eu la chance de travailler sur divers projets d’Afrique et d’Asie auprès de Bureaux d’Architectes de renommée Internationale  tels que NIHON SEKKEI et MOHRI ARCHITECTS & ASSOCIATES qui par ailleurs tous deux ont eu par le passé et continuent d’avoir d’excellents rapports avec le Bénin. A titre indicatif, NIHON SEKKEI a conduit les études et la mise en œuvre des travaux de construction aux normes internationales d’un pavillon à plusieurs étages à l’Hôpital de la Mère et de l’Enfant Lagune (HOMEL), ainsi que la construction et l’équipementde l’Hôpital d’Allada qui vient récemment d’être inauguré. Le Cabinet MOHRI, quant à lui, est nanti d’une riche expérience en construction d’infrastructures scolaires au Bénin et s’apprête en ce moment à démarrer la phase de mise en œuvre d’un projet de construction et équipement de 36 modules de classes dans le département de l’Atlantique.

Le Cabinet GCI (Global Consultants International) que j’ai mis en place avec une représentation au Japon avant de rentrer est le fruit d’un travail de proximité et de réseautageavec le secteur privé Japonais, effectué durant mon séjour au Japon dans le but d’attirer plus d’entreprises Japonaises à investir et pourquoi pas s’installer au Bénin.

Ambassadeur : Concernant l’assainissement pluvial dans la ville de Cotonou, avez-vous entendu parler de la table ronde organisée par le Gouvernement Béninois au mois de Janvier ? Dans vos travaux de recherches, vous êtes-vous intéressé au récurent problème des inondations au Bénin ? Comment peut-on l’expliquer ?

M. Serge EKPODESSI : Bien sûr. Comme je vous l’ai dit, ma thèseau Japon a porté sur le système d’urbanisation du grand Nokoué et je m’intéresse de près à ce sujet. Avec mon Maître de Thèse à qui j’ai fait visiter le Bénin au cours de mes recherches, nous avons identifié des causes non seulement humaines au problème d’inondations, mais également des causes liées au système de gestion environnementale proprement dit. Des infrastructures d’assainissement pluvial sont réalisées à grands frais mais sont pour la plupart mal entretenues. Les caniveaux et collecteurs d’eaux sont jonchés d’ordures ménagères du fait d’un système obsolète de management des déchets. La plupart des zones inondables de Cotonou et environs abritent des communautés depuis plus d’un demi-siècle dans des habitats bien souvent construits en matériaux définitifs , obstruant de fait, le lit naturel de l’eau. Aussi, l’inexistence d’un système intégré de collecte, de traitement, de purification, de conservation et/ou de redistribution des eaux pluviales  dans une agglomération comme le Grand Nokoué  constitue –t-elle une source fondamentale d’inondations.

L’obstruction des berges lagunaires par des habitations de fortune et l’occupation anarchique des zones humides aux fins d’habitation ou de commerce sont également autant de causes des inondations récurrentes enregistrées dans la conurbation du Grand Nokoué. A toutes ces causes, s’ajoutela  gestion hasardeuse qui caractérise depuis de nombreuses années le management de nos villes , et seule une volonté politique ferme renforcée par une appropriation systématique des techniques modernes en gestion des déchets et des eaux dans le contexte béninois aideront à conjurer la catastrophe. Les municipalités du Grand Nokouédoivent se faire appuyer dans l’élaboration de véritables plans de développement sur 25 à 50 ans et se définir une ligne directrice claire en vue de leur mise en œuvre. Les populations mal installées doivent être délogées des zones non autorisées et relogées dans les zones appropriées. Un véritable système de zonage doit être développé et mis en œuvre de façon à distinguer clairement les zones à usage résidentiel, industriel, commercial et à usage mixte. L’Etat  doit prendre toute sa place dans la sécurisation du foncier pour rassurer les communautés et prévenir les conflits domaniaux. C’est cela  même la base de tout système moderne d’urbanisation. Heureusement,  l’espoir est permis au regard de la détermination affichée du Président Patrice Talon, de doter le périmètre du Grand Nokoué d’un Programme Spécial de Développement aux fins de restaurer  à ces villes toute  leur histoire, leur valeur et leur richesse.

Ambassadeur : L’objectif du Programme ABE Initiative est de créer des liens entre les entreprises Japonaises et Béninoises. Avez-vous pu établir durant votre séjour au Japon un début de partenariat avec des entreprises désireuses de travailler  ou d’investir au Bénin ?

M. Serge EKPODESSI : Absolument. En dehors des Cabinets d’Architectes NIHON SEKKEI et MOHRI avec lesquels j’ambitionne d’intensifier les rapports de collaboration dans le but d’importer leur technologie vers le Bénin , d’autres entreprises comme KOYO Corporation, et KYOCERA, spécialisées dans la production de panneaux solaires et le développement des énergies renouvelables sont très intéressées d’investir en Afrique et le Bénin fait partie de leurs destinations de choix. En effet, en marge des activités décrites plus haut, et dans la perspective d’attirer le maximum d’investisseurs Japonais au Bénin, j’ai  avec le concours de l’Ambassadeur du Bénin près le Japon, S.E.M .Makarimi ADECHOUBOU, entrepris de promouvoir l’un des projets phare du Gouvernement du Président Talon qui me tenait grand à cœur et qui me paraissait susceptible de forcer l’admiration de potentiels investisseurs : il s’agit du projet de création d’un centre de l’innovation et du savoir dénommé Sèmè City. Et sans aucun doute, les Cabinet NIHON SEKKEI et MOHRI ARCHITECTS, les entreprises KOYO et KYOCERA, et même des Universités de renommée internationale comme TSUKUBA etSHUTO-TOKYO ont clairement marqué leur intérêt et leur engagement à accompagner l’innovation. Aujourd’hui, mon Cabinet GCI  travaille ardemment à faciliter le partenariat entre ces différentes parties et le Bénin.

Ambassadeur : Aujourd’hui de retour au Bénin, vous êtes un Consultant auprès de certaines entreprises de la place.Ces entreprises auprès desquelles vous intervenez ont-elles conscience de la rareté d’un profil comme le vôtre dans un pays comme le Bénin?

M. Serge EKPODESSI : Avant mon départ au Japon, j’ai exercé 12 ans en qualité d’Ingénieur en Génie Civil, tant dans les secteurs privé que para public et à divers postes de la chaîne de management des projets de constructions pilotés par la JICA. Ma formation d’Ingénieur – Architecte diplômé d’une Université Japonaise et mes expériences acquises en tant que collaborateur d’Architectes Japonais me confèrent en effet un  profil type pour le Bénin en ce sens qu’il permet un meilleur discernement des projets, et une approche managériale plus globale. Le profil d’Ingénieur –Architecte dans le management d’un projet offre assurément une meilleure cohésion entre le rendu de l’ouvrage exécuté et la fiction architecturale. Ce profil est de plus en plus en vogue en Europe, en Amérique et en Asie aujourd’hui. La rigueur et la précision qui caractérisent les Japonais dans leur mode de travail,  la modernité de leurs technologies de constructions et de management des projets, sont autant de qualités indispensables au développement d’un pays comme le Bénin. J’ai bon espoir qu’au-delà des entreprises auprès desquelles j’interviens, le Bénin tout entier saura tirer profit de cette riche expérience.

Ambassadeur : Quels conseilsen direction des jeunes béninois désireux d’aller se faire former  au Japon ?

M. Serge EKPODESSI : Humilité, amour du travail et persévérance,  ce sont mes trois conseils pour une expérience enrichissante au Japon. Les béninois ne sont pas souvent humbles mais pour réussir au  Japon et pour que les japonais vous ouvrent leur cœur, il faut faire preuve d’humilité. A cela lorsque vous y mettez la rigueur dans le travail, vous en sortez gagnant. Les japonais ne font pas dans l’à peu-près. Ils sont précis et excellent en toute chose. Il faut donc du courage, que dis-je, beaucoup de courage et de détermination pour y arriver. Enfin, la barrière linguistique pourrait constituer un frein. Aujourd’hui la langue anglaise a dépassé toutes les frontières. A défaut donc de la langue japonaise, une parfaite maîtrise de l’anglais est indispensable pour étudier, travailler et faire des affaires au Japon.

Ambassadeur : Vous incarnez à mes yeux un bel exemple de la réussite du Programme ABE Initiative. Je vous adresse toutes mes félicitations et vous souhaite plein succès pour la suite.

 

Plus d’information sur le programme ABE Initiative

http://www.education-japan.org/africa/

Les bourses d’études et de recherche du Gouvernement du Japon

http://www.bj.emb-japan.go.jp/education.html

 

 

Réalisation : Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite